Yôkai

Un article de Nezumi.

Yōkai (妖怪, Yōkai), terme japonais signifiant littéralement « chose attirante dont on se méfie », désigne un « être vivant, forme d'existence ou phénomène auxquels on peut appliquer les qualificatifs extraordinaire, mystérieux, bizarre, étrange et sinistre ».

D'origine incertaine mais supposé provenir de la culture animiste des premiers habitants de l'archipel, les Aïnous, ces manifestations s'insèrent dans de courts récits compilés entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe siècle, au cours de l'Époque de Heian, dans le Konjaku monogatari shū (今昔物語集, Konjaku monogatari shū lit. « Recueil d'histoires qui sont maintenant du passé »), recueil de légendes et faits historiques du Japon ancien. Il faut attendre le deuxième Moyen Âge japonais pour voir les premières représentations des yōkai qui eurent rapidement un très grand succès. Ils peuvent inclure des créatures commune avec des divinités secondaires du Shintoïsme, des kami comme Tengu

Êtres surnaturels, monstres, esprits… Les yōkai revêtent une multitude de formes et font partie intégrante de l'imaginaire japonais depuis les temps les plus reculés. Avec la modernisation de l'archipel au XIXe siècle , ils furent brusquement reculés au rang de simples superstitions. Remis au goût du jour à la fin des années 1950 par Shigeru Mizuki et son manga GeGeGe no Kitarō, ces étranges créatures suscitent toujours un formidable intérêt au Japon ainsi que l'atteste le succès des dessins animés de Hayao Miyazaki et Isao Takahata du Studio Ghibli.

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique