Vladimir Velickovic

Un article de Nezumi.

(Différences entre les versions)
(++)
Version actuelle (5 décembre 2018 à 06:57) (modifier) (défaire)
(++)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Image:velickovicp.jpg|right]]
[[Image:velickovicp.jpg|right]]
-
'''Vladimir Veličković''', né le 11 août 1935 à [[Belgrade]] en [[Yougoslavie]], est un peintre contemporain yougoslave.
+
'''Vladimir Veličković''', né le 11 août 1935 à [[Belgrade]] en [[Yougoslavie]], est un peintre contemporain français d'origine yougoslave.<br />Vladimir Veličković est le père du plasticien [[Vuk Vidor]].
-
== Biographie ==
+
=== Biographie ===
-
1960 : Diplômé de l’école d’architecture de Belgrade
+
-
1962-1963 Travaille dans l'atelier de Hegedusic à [[Zagreb]].
+
*1960 : Diplômé de l’école d’architecture de Belgrade
 +
*1962-1963 Travaille dans l'atelier de Hegedusic à Zagreb.
Il se destine à la peinture et réalise sa première exposition personnelle en 1963.
Il se destine à la peinture et réalise sa première exposition personnelle en 1963.
-
1965 : Prix de la Biennale de Paris.
+
*1965 : Prix de la Biennale de Paris.
-
 
+
*1966 : Velickovic s’installe à Paris où il vit encore aujourd’hui.
-
1966 : Velickovic s’installe à Paris où il vit encore aujourd’hui.
+
*1972 : Velickovic représente la Yougoslavie à la [[Biennale de Venise]].
-
 
+
-
1972 : Velickovic représente la [[Yougoslavie]] à la [[Biennale de Venise]].
+
Il est chef d’atelier à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1983 à 2000.
Il est chef d’atelier à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1983 à 2000.
Ligne 19 : Ligne 17 :
Témoin, dans son enfance, des atrocités commises par les nazis en Yougoslavie, sa peinture exprime la douleur et la violence de cette mémoire.<br>
Témoin, dans son enfance, des atrocités commises par les nazis en Yougoslavie, sa peinture exprime la douleur et la violence de cette mémoire.<br>
Au début des années soixante, Vladimir Vélickovic détermine les thèmes qui figureront de manière permanente dans son œuvre. Il peint des hommes ou des animaux (le plus souvent des rats ou des chiens) dont les corps sont confrontés à des situations dramatiques et terrorisantes.<br>
Au début des années soixante, Vladimir Vélickovic détermine les thèmes qui figureront de manière permanente dans son œuvre. Il peint des hommes ou des animaux (le plus souvent des rats ou des chiens) dont les corps sont confrontés à des situations dramatiques et terrorisantes.<br>
-
A partir de 1972, il réalise des séries de peintures et de dessins inspirés des photographies d’ [[Eadweard Muybridge]] (séries des Descentes, 1989 – 1991 et des Crochets, 1983 – 1991)<br>
+
A partir de 1972, il réalise des séries de peintures et de dessins inspirés des photographies d’Eadweard Muybridge (séries des Descentes, 1989 – 1991 et des Crochets, 1983 – 1991)<br>Il "tente avant tout de laisser une cicatrice" dans la mémoire du spectateur du tableau.
-
Il "tente avant tout de laisser une cicatrice" dans la mémoire du spectateur du tableau.
+
La peinture de Vladimir Velickovic peut être vue comme un combat contre la destruction de la figure humaine. Souvent, il n'y a plus, dans sa peinture, de "point de fuite". L'espace s'ouvre désormais du côté de notre propre espace et nous le montre tel qu'il est, tragique. La lumière a parfois la froideur du métal. Figure en soi de la violence portée par l'homme à ses semblables ; torture, défiguration de l'homme par l'homme.<br>
La peinture de Vladimir Velickovic peut être vue comme un combat contre la destruction de la figure humaine. Souvent, il n'y a plus, dans sa peinture, de "point de fuite". L'espace s'ouvre désormais du côté de notre propre espace et nous le montre tel qu'il est, tragique. La lumière a parfois la froideur du métal. Figure en soi de la violence portée par l'homme à ses semblables ; torture, défiguration de l'homme par l'homme.<br>
-
Le temps de l'inhumain et sa face terrifiante implique un corps à corps de l'artiste avec la peinture dont rendent également compte les dessins dans lesquels les lignes, dans leur enchevêtrement, disloquent les figures.
+
Le temps de l'inhumain et sa face terrifiante implique un corps à corps de l'artiste avec la peinture dont rendent également compte les dessins dans lesquels les lignes, dans leur enchevêtrement, disloquent les figures.<br />
Une blancheur grisâtre recouvre la surface de la toile comme un linceul. Aux coulées de peinture, semblent se mêler la poussière et la cendre qui engloutissent les lieux après leur destruction. Au bord de l'[[abstraction]], ils rendent visible l'absence de l'homme, son anéantissement. Ils permettent également de repenser la [[figuration]] et la non-figuration en dehors des catégories strictement formelles définies par l'histoire de l'art, opposition apparente dans lequel le choix de la forme n'est pas seulement de nature esthétique mais se double d'une dimension éthique.
Une blancheur grisâtre recouvre la surface de la toile comme un linceul. Aux coulées de peinture, semblent se mêler la poussière et la cendre qui engloutissent les lieux après leur destruction. Au bord de l'[[abstraction]], ils rendent visible l'absence de l'homme, son anéantissement. Ils permettent également de repenser la [[figuration]] et la non-figuration en dehors des catégories strictement formelles définies par l'histoire de l'art, opposition apparente dans lequel le choix de la forme n'est pas seulement de nature esthétique mais se double d'une dimension éthique.
-
Vladimir Vélickoviclu a été élu à l'Académie des Beaux-Arts le 7 décembre 2005 au fauteuil de [[Bernard Buffet]]).
+
Vladimir Vélickoviclu a été élu à l'Académie des Beaux-Arts le 7 décembre 2005 au fauteuil de Bernard Buffet.
-
== Principales expositions ==
+
 
 +
=== Principales expositions ===
*1963 Belgrade - Musée d'Art Moderne
*1963 Belgrade - Musée d'Art Moderne
Ligne 63 : Ligne 61 :
**L'Echelle (Ardenne) - Centre d'art et de littérature
**L'Echelle (Ardenne) - Centre d'art et de littérature
**Chauray (Deux-Sèvres) - Le Temple
**Chauray (Deux-Sèvres) - Le Temple
-
*2007 : Lyon (Rhône) galerie Anne-Marie et Roland Pallade - Œuvres récentes2
 
-
*2008 : Carcassonne (Aude) - Centre Joë Bousquet
 
-
**Galerie Samantha Sellem - Paris
 
-
*2010 : Montélimar (Drôme) - rétrospective au musée Éphémère
 
-
**Lyon (Rhône) Galerie Anne-Marie et Roland Pallade - dessins et peintures3
 
-
*2011 : « Dessins des années 60-80 » (avec Dado), galerie Samantha Sellem4 - Paris
 
-
**Toulouse - Musée Les Abattoirs
 
-
==Galerie==
+
=== Galerie===
-
<center>
+
<gallery perrow="3" widths= "260" heights="340">
-
<gallery perrow="3" widths= "340" heights="420">
+
Image:Velickovic10.jpg|''Bez naziva''
Image:Velickovic10.jpg|''Bez naziva''
Image:Velickovic20.jpg|
Image:Velickovic20.jpg|
Ligne 80 : Ligne 70 :
</gallery>
</gallery>
-
http://ann.ledoux.free.fr/phpwebgallery/galleries/france/charente/bd2013/DSCN3169.JPG
 
-
 
-
Velickovic et [[Enki Bilal]] au [[Festival international de la bande dessinée d'Angoulême]] 2013
 
-
</center>
 
{{DEFAULTSORT:Velickovic, Vladimir}}
{{DEFAULTSORT:Velickovic, Vladimir}}
 +
[[category:Plasticien contemporain français]]
[[category:Plasticien contemporain yougoslave]]
[[category:Plasticien contemporain yougoslave]]
[[category:Naissance en 1935]]
[[category:Naissance en 1935]]
[[category:Nouvelle figuration]]
[[category:Nouvelle figuration]]

Version actuelle

Vladimir Veličković, né le 11 août 1935 à Belgrade en Yougoslavie, est un peintre contemporain français d'origine yougoslave.
Vladimir Veličković est le père du plasticien Vuk Vidor.

Biographie

  • 1960 : Diplômé de l’école d’architecture de Belgrade
  • 1962-1963 Travaille dans l'atelier de Hegedusic à Zagreb.

Il se destine à la peinture et réalise sa première exposition personnelle en 1963.

  • 1965 : Prix de la Biennale de Paris.
  • 1966 : Velickovic s’installe à Paris où il vit encore aujourd’hui.
  • 1972 : Velickovic représente la Yougoslavie à la Biennale de Venise.

Il est chef d’atelier à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1983 à 2000.

Témoin, dans son enfance, des atrocités commises par les nazis en Yougoslavie, sa peinture exprime la douleur et la violence de cette mémoire.
Au début des années soixante, Vladimir Vélickovic détermine les thèmes qui figureront de manière permanente dans son œuvre. Il peint des hommes ou des animaux (le plus souvent des rats ou des chiens) dont les corps sont confrontés à des situations dramatiques et terrorisantes.
A partir de 1972, il réalise des séries de peintures et de dessins inspirés des photographies d’Eadweard Muybridge (séries des Descentes, 1989 – 1991 et des Crochets, 1983 – 1991)
Il "tente avant tout de laisser une cicatrice" dans la mémoire du spectateur du tableau.

La peinture de Vladimir Velickovic peut être vue comme un combat contre la destruction de la figure humaine. Souvent, il n'y a plus, dans sa peinture, de "point de fuite". L'espace s'ouvre désormais du côté de notre propre espace et nous le montre tel qu'il est, tragique. La lumière a parfois la froideur du métal. Figure en soi de la violence portée par l'homme à ses semblables ; torture, défiguration de l'homme par l'homme.
Le temps de l'inhumain et sa face terrifiante implique un corps à corps de l'artiste avec la peinture dont rendent également compte les dessins dans lesquels les lignes, dans leur enchevêtrement, disloquent les figures.
Une blancheur grisâtre recouvre la surface de la toile comme un linceul. Aux coulées de peinture, semblent se mêler la poussière et la cendre qui engloutissent les lieux après leur destruction. Au bord de l'abstraction, ils rendent visible l'absence de l'homme, son anéantissement. Ils permettent également de repenser la figuration et la non-figuration en dehors des catégories strictement formelles définies par l'histoire de l'art, opposition apparente dans lequel le choix de la forme n'est pas seulement de nature esthétique mais se double d'une dimension éthique.

Vladimir Vélickoviclu a été élu à l'Académie des Beaux-Arts le 7 décembre 2005 au fauteuil de Bernard Buffet.

Principales expositions

  • 1963 Belgrade - Musée d'Art Moderne
    • Sao Paulo - Biennale de Sao Paulo
  • 1969 Belgrade - Musée d'Art Moderne
    • Zagreb - Galerie d'Art Contemporain
    • Rijeka - Musée d'Art Moderne
  • 1970 Paris - Musée d'Art Moderne de la ville de Paris
    • Amsterdam
  • 1972 Milan - Galerie Eidos
    • Venise - XXXVle Biennale Internationale des Arts
  • 1976 Lund Konsthall
    • Gôteborg - Konsthall
    • Rijeka - Musée d'Art Moderne
    • Stockholm - Kulturhuset
  • 1977 Paris - Galerie Hervé Odermatt
    • Sao Paulo - XIVeBiennale de Sao Paulo
  • 1980 - Sarajevo - Collegium Artisticum
  • 1981 Oslo - Henie-Onstad Kunstsenter
    • Bruxelles
  • 1982 Caracas - Musée des Beaux-Arts
    • Aix-en-Provence
  • 1984 Fondation Veranneman
    • Utrecht - Musée de Hedendagse Kunst
  • 1986 Bruxelles - Galerie Miroir d'encre
    • Belgrade - Galerie de l'Académie des Sciences et des Arts
  • 1988 Zagreb - Pavillon des Arts
  • 1991 Aosta - Centre San Benin
    • Paris - École Nationale Supérieure des Beaux-Arts
  • 1996 Thessalonique - Musée d'Art Contemporain
  • 1997 Athènes - Pinacothèque Nationale
  • 1999 Fondation Coprim Paris
  • 2001 Belgrade - Galerie de l'Académie des sciences et des arts
  • 2003 Londres - Marlborough Fine Art
    • L'Echelle (Ardenne) - Centre d'art et de littérature
    • Chauray (Deux-Sèvres) - Le Temple

Galerie

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique