Virginie Barré

Un article de Nezumi.

Virginie Barré est une plasticienne française, née en 1970 à Quimper. Elle vit et travaille à Nantes et Douarnenez.

Ses œuvres vont du dessin aux marionnettes, des installations (notamment des reconstitutions de scènes de crime) aux sculptures, de la bande dessinée à l'animation. Pour son travail souvent centré sur le danger, de disparition ou de meurtre, elle s'est parfois inspirée du cinéma américain : : Shining, eXistenZ, Alfred_Hitchcock, David_Lynch. Mais ses références empruntent aussi au cinéma européen ou à la science-fiction.

Depuis ses premières sculptures, datant du milieu des années 90, jusqu’à ses installations les plus récentes, mais aussi au travers de son œuvre dessinée, Virginie Barré met des fictions au réalisme frappant et à l’ambiguïté troublante, dans une ambiance de film noir. Travaillant d’une manière presque classique, jouant du poids des corps, de leur mesure, d’un trait précis et descriptif, elle propose au travers de ses dispositifs des scénarios tronqués, d’étranges et violentes représentations de l’inertie du corps abandonné, évocations de la mort et du crime.

Les dessins de Virginie Barré, très stylisés et d'une esthétique proche de la bande dessinée, représentent des personnages qui s'avèrent étonnamment naturels. Certains d'entre eux pourraient être des proches ou des passants, d'autres sont des acteurs de films culte aisément identifiables. Elle donne ainsi à chacun la sensation que sa vie quotidienne est teintée de fiction, et que des scènes de films y sont intégrées.

Dans ses premiers travaux de sculpture, le corps, bien qu’à couvert sous les métaphores, occupe déjà une place prépondérante. Virginie Barré dessine et met en scène ses amis ou de parfaits inconnus dans des postures fort peu enviables, laissés pour morts, les membres désarticulés sur de larges flaques de sang factice, acteurs de fait-divers par hasard.

Les installations de Virginie Barré ne sont pas que des sculptures. Elles jouent à postuler que quelque chose a eu lieu, mais elles postulent ceci sur le ton du simulacre et de la blague, avec des résurgences de roman noir et des figures de style empruntées aux productions de séries B. Les titres eux-mêmes participent de la théâtralisation : Cache-cache petit mort (1994), Petites funérailles (1995), Corps morts (1996). Chaque installation de Virginie Barré semble rappeler que rien ni personne ne doit sortir de là vivant, à commencer par la narration, le plus souvent évacuée de la mise en scène, au profit de la seule ambiance.
Virginie Barré déclare "mes œuvres ne racontent pas d'histoires, elles les contiennent."

Elle est représentée par la Galerie Loevenbruck.

Expositions

2004

  • Ecarlate - FRAC Basse-Normandie, Caen (2 octobre - 14 novembre)
  • Les maisons modernes manquent de couloirs - La Friche, Douarnenez (24 juillet - 14 août)
  • Starting Game - Musée des Beaux-Arts, Bordeaux (2 mai - 29 août)
  • Les Gras - École des Beaux-Arts Édouard-Manet, Gennevilliers (3 avril - 2 mai)

2005

  • FIAC, Paris (6 octobre - 10 octobre)
  • Simple Dames - Galerie Loevenbruck, Paris (4 février - 19 mars)
  • El Corte frances - ADN Galerià, Barcelone, Espagne (10 janvier - 15 février) (avec Bruno Peina)

2006

  • Bauhaus - Parker's Box gallery, New York (1er décembre - 14 janvier 2007)
  • Bauhaus & Indians - Ritter/Zamet Gallery, Londres (10 octobre - 18 novembre)
  • Abbaye du Ronceray d'Angers (1er juillet - 17 septembre)
  • Notre histoire... au Palais de Tokyo

2007

  • Slumberland - Les Collections de Saint-Cyprien, Saint-Cyprien-village (24 février - 22 avril)
  • Blissfully - ADN galeria, Barcelone, Espagne (14 février - 31 mars) (avec Bruno Peinado)

Voir aussi

Galerie

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique