Unreflective Mirror

Un article de Nezumi.

Unreflective Mirror ; œuvre multimédia du plasticien japonais Masaki Fujihata, réalisée en 2005.

Cette installation interactive se présente comme un miroir qui renvoie l'image de ce qui se trouve en face de lui, à l'exception du spectateur lui-même. Formé d'un écran et d'une caméra, un traitement de l'image très élaboré permet ce filtrage évolué. Dans une version ultérieure, l'image du spectateur, découpée, se retrouve sur un autre écran, loin derrière celui-ci.

Cette œuvre présente une parenté intellectuelle avec Morel’s Panorama, installation du même auteur (2003). Dans Unreflective Mirror, le trouble du spectateur est très fort: l’observateur y est fondamentalement présent, le dispositif lui donne le rôle central de fixer à chaque instant le point de vue d’où sera montré le reflet de l’espace dans lequel il se trouve. Pour lui, l’image que renvoie ce miroir singulier a toutes les caractéristiques du double virtuel que donne ordinairement un miroir, à l’exception de son propre corps. On n’est voyant qu’à condition d’être invisible. On n’est présent qu’à condition d’être transparent. Cette métaphore a été développée par Bioy Casares dans son livre célèbre L’Invention_de_Morel.

Le sujet central est celui d’une représentation comme prise de pouvoir, comme capture absolue, d’une représentation totale que l’on paye au prix de sa vie, ici dans une version étonnamment concrète et ironique. On connaît, dans la tradition de l’art, de la peinture, la figure du miroir comme dispositif de l’autoportrait. Avec Unreflective Mirror, la situation de regardeur-auteur narcissique est radicalement contestée et désintégrée.

Unreflective Mirror, à la différence de de Morel's Panorama, fonctionne entièrement au présent en se dispensant de couches du passé. Le spectateur peut l’ignorer, mais, dans le miroir virtuel, tout ce qui s’actualise par le déplacement de son point de vue, est une reconstruction préalable, hors du temps. Dans sa version la plus récente, Unreflective Mirror met en abîme cette illusion par une autre sorte de leurre. Le regardeur y est comme surveillé par une caméra vidéo. Son image s’affiche sur un moniteur derrière lui, mais aussi, symétriquement, dans le miroir virtuel. Alors, la disparition du corps semble ne plus être une fatalité.

Les illusions et leurs renversements en paradoxes que sont les inventions de Masaki Fujihata procurent un effet d’étrangeté réjouissant et poétique qui est aussi une prise de conscience.

Unreflective Mirror ; présenté par son auteur Masaki Fujihata

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique