Tôkaidô

Un article de Nezumi.

(Différences entre les versions)

Version actuelle

Le Tôkaidô (東海道, littéralement « la route de la mer de l'est ») est un axe de circulation japonais important entre Tôkyô, Kyôto, Ôsaka et Kôbe.
Pendant la période Tokugawa, le Tôkaidô est l'une des cinq routes d'Edo.

Description

Le tracé initial du Tōkaidō remonte au XIe siècle, et faisait partie des sept « circuits » ou régions administratives qui divisaient le Japon en étoile en partant de Kyoto dans le système des « Cinq provinces et sept circuits » (五畿七道, Gokishichidō) ; la route prend toute son importance à l'ère Edo, à partir de 1603, compte tenu du pouvoir central fort désormais installé à Edo avec les shōgun Tokugawa. Elle part du pont Nihonbashi (日本橋« le pont du Japon ») à Edo, pour se terminer au pont Sanjō Ōhashi (三条大橋), à Kyoto. Elle était jalonnée de cinquante-trois relais distants en moyenne de quatre ri (une unité de longueur représentant environ 2 km).

Le shogun Tokugawa Ieyasu commence en 1601 la construction de cinq routes de façon à augmenter son contrôle sur le pays, mais c'est Tokugawa Ietsuna, quatrième shogun du shogunat Tokugawa et petit-fils de Ieyasu, qui les proclame « routes majeures ».

À l'ère Edo, la route est fréquentée en particulier par les daimyō, astreints par le système du sankin-kōtai à résider un an sur deux à Edo, où ils doivent d'ailleurs laisser leur famille en otage, car le pouvoir shogunal se méfie d'eux après la longue période de guerre civile dont le pays sort à peine. Ce système coûte aussi fort cher aux daimyō, contraints d'entretenir deux résidences, et d'emmener avec eux leur suite, qui peut compter de cent à deux mille personnes. Mais la route est parcourue par bien d'autres voyageurs : marchands, pèlerins et bonzes, et même touristes.

Les estampes d'Hiroshige

Le célèbre peintre de l'Ukiyo-e, Hiroshige a popularisé cette route en publiant les Cinquante-trois Stations du Tôkaidô .

Le huitième mois de 1832, Hiroshige se met en route pour le voyage de Edo à Kyoto sur la route du Tōkaidō, dans le but d'accompagner, sur ordre du shogunat, une délégation officielle convoyant des chevaux qui doivent être offerts à la cour impériale.

Le rôle de Hiroshige dans ce voyage officiel était de fixer grâce à son art, certaines des cérémonies prévues. Les paysages qu'il traverse alors font une impression profonde sur l'artiste, qui dessine de nombreux croquis tout au long du voyage, ainsi que lors de son retour à Edo par la même route.

Revenu chez lui, il commence aussitôt à travailler sur les premières estampes des Cinquante-trois Stations du Tōkaidō. Au total, il réalisera cinquante-cinq estampes pour la série, les cinquante-trois stations proprement dites, auxquelles il faut ajouter l'estampe correspondant au point de départ et celle correspondant au point d'arrivée.

Les stations du Tôkaidô

Chaque relais officiel sur la route est désigné par le terme Shukuba (宿場). Le nom complet de chaque relais est, en conséquence, le nom du lieu terminé par le suffixe juku ou shuku. On appelait également le relais shukueki (宿駅).
Les voyageurs pouvaient s'y reposer. Chaque relais fut créée pour les besoins d'un transport de personnes ou de marchandises à dos de cheval, selon des orientations mises au point pendant les périodes Nara et Heian. Chaque relais devait pouvoir fournir des chevaux et proposer hébergement et ravitaillement dans un Honjin, un Wakihonjin et des auberges ordinaires.

Honjin (本陣)
Le honjin était initialement le lieu d'où les généraux dirigeaient les batailles qu'ils menaient ; il s'agissait donc par essence d'une structure temporaire. Sur les routes principales de l'ère Edo le Honjin est un bâtiment où les daimyo et les autres représentants du shogun, les hatamoto (vassal direct du Shogun) , les monzeki (Prêtre bouddhiste de lignée impériale) se voyaient autorisés à séjourner durant leurs voyages. Beaucoup de honjin étaient de fait les résidences personnelles de chefs de village ou de ville. En tant que tels, ils accueillaient les envoyés officiels du gouvernement, et développèrent leurs résidences en conséquence. En reconnaissance de leur coopération, les propriétaires de honjin bénéficiaient de privilèges spéciaux.

Wakihonjin (脇本陣)
Souvent situé à proximité immédiate du Honjin, le wakihonjin était tenu par une autre famille importante du village. Le wakihonjin accueillait les hauts-fonctionnaires impériaux ou encore les nobles qui auraient pu prétendre au honjin lorsque celui-ci était déjà occupé par un plus haut gradé.
Les voyageurs ordinaires, les commerçants, n'étaient pas autorisés à séjourner dans le honjin, ou le wakihonjin et ceci, quelle que soit leur situation de fortune.

Autres bâtiments

  • Le Toiyaba (問屋場) était le bâtiment d'où était administré les services du Shukuba
  • Hatago (旅籠) est une auberge où tout voyageur peut manger et dormir
  • Kichin-yado (木賃宿) est une auberge où tout voyageur peut seulement dormir (pas de repas)
  • Le Kôsatsu (高札) est un tableau où sont affichés les règlements et décisions du Shôgun

Les stations du Tôkaidô:

  1. Shinagawa (品川) dans la préfecture de Tokyo
  2. Kawasaki (川崎), préfecture de Kanagawa : rive sud de la Tama-gawa
  3. Kanagawa (神奈川)
  4. Hodogaya (程ヶ谷, 保土ヶ谷) ancienne province de Musashi
  5. Totsuka (戸塚) ancienne province de Sagami
  6. Fujisawa (藤沢)
  7. Hiratsuka (平塚) rive ouest de la Sagami
  8. Ōiso (大磯)
  9. Odawara (小田原)
  10. Hakone (箱根) ancienne province de Sagami, actuellement préfecture de Kanagawa : Il y avait un poste frontière à la Passe de Hakone.
  11. Mishima (三島) ancienne province d'Izu, actuellement préfecture de Shizuoka
  12. Numazu (沼津) ancienne province de Suruga
  13. Hara (原) inclus maintenant dans Numazu
  14. Yoshiwara (吉原) inclus maintenant dans la ville de Fuji : rive est de la Fuji (富士川, Fujikawa)
  15. Kambara (蒲原) maintenant une enclave de l'arrondissement de Shimizu-ku
  16. Yui (由井, 由比)
  17. Okitsu (興津) inclus maintenant dans Shimizu-ku
  18. Ejiri (江尻) maintenant dans la ville de Shizuoka
  19. Fuchū (府中) maintenant dans la ville de Shizuoka : rive est de l'Abe (安倍川, Abekawa?)
  20. Mariko (鞠子 ) maintenant inclus dans Shizuoka
  21. Okabe (岡部)
  22. Fujieda (藤枝)
  23. Shimada (島田) ancienne province de Suruga : rive est de l'Ōi (大井川, Ōigawa)
  24. Kanaya (金屋, 金谷) ancienne province de Totomi : maintenant inclus dans Shimada : rive ouest de la rivière Oi
  25. Nissaka (日坂) inclus maintenant dans Kakegawa
  26. Kakegawa (掛川)
  27. Fukuroi (袋井)
  28. Mitsuke (見附) actuellement Iwata
  29. Hamamatsu (浜松): rive ouest du fleuve Tenryū (天竜川, Tenryū-gawa)
  30. Maisaka (舞阪) inclus maintenant dans Hamamatsu
  31. Arai (荒井, 新居): Il y avait un poste frontière.
  32. Shirasuga (白須賀) ancienne province de Tōtōmi, maintenant inclus dans Kosai, préfecture de Shizuoka
  33. Futakawa (二川) ancienne province de Mikawa, maintenant inclus dans Toyohashi, Préfecture d'Aichi
  34. Yoshida (吉田) actuellement Toyohashi
  35. Goyu (御油) maintenant inclus dans Toyokawa
  36. Akasaka (赤坂) maintenant inclus dans Otowa
  37. Fujikawa (藤川) maintenant inclus dans Okazaki
  38. Okazaki (岡崎)
  39. Chiryū (地鯉鮒 ) ancienne province de Mikawa
  40. Narumi (鳴海) ancienne province d'Owari maintenant inclus dans Nagoya
  41. Miya (宮) ancienne province d'Owari : le trajet s'effectuait en bateau, entre Miya et Kuwana, en baie d'Ise, pour éviter de devoir franchir les deux fleuves Kiso et Ibi, et la rivière Nagara.
  42. Kuwana (桑名) anciennement province d'Ise, actuellement préfecture de Mie
  43. Yokkaichi (四日市)
  44. Ishiyakushi (石薬師) maintenant inclus dans la ville de Suzuka
  45. Shōno (庄野) maintenant inclus dans Suzuka
  46. Kameyama (亀山)
  47. Seki (関) maintenant inclus dans Kameyama
  48. Sakanoshita (坂ノ下) ancienne province d'Ise : sud-est de la passe de Suzuka
  49. Tsuchiyama (土山) ancienne province d'Ōmi : sur-ouest de la passe de Suzuka
  50. Minakuchi (水口) maintenant inclus dans le district de Kōka
  51. Ishibe (石部) maintenant inclus dans Kōka
  52. Kusatsu (草津)
  53. Ōtsu (大津) ancienne province d'Ōmi, actuellement préfecture de Shiga
  • point d'arrivée : Sanjô ôhashi (arrondissement de Higashiyama-ku à Kyôto)

Galerie

Nihon97.jpg
Nihonbashi, point de départ de la route, au sud d'Edo.


hiroshig.JPG
La passe d'Hakone, estampe d'Hiroshige

DSC01826.JPG
Vestige du chemin, entre Hakone et Odawara

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique