Slip of the Tongue

Un article de Nezumi.

(Différences entre les versions)
(Artistes présentés)
Ligne 19 : Ligne 19 :
* Giovanni Bellini
* Giovanni Bellini
* Constantin Brancusi
* Constantin Brancusi
-
* Marcel Broodthaers
+
* [[Marcel Broodthaers]]
* Giovanni Buonconsiglio
* Giovanni Buonconsiglio
* Jos De Gruyter & Harald Thys
* Jos De Gruyter & Harald Thys

Version du 17 août 2015 à 16:02

Slip of the Tongue, exposition réalisé en 2015, à la Fondation Pinault, Punta della Dogana

Conçue par Danh Vo en collaboration avec Caroline Bourgeois.

Propos

Le cœur historique de l’exposition est constitué d’œuvres provenant d’institutions vénitiennes : le Musée de l’Accademia et l’Institut d’Histoire de l’art de la Fondation Giorgio Cini. Elles portent, de façon emblématique, les stigmates des processus qui, tout en les préservant, les ont altérées, renouvelant leurs formes. Les remaniements infligés furent parfois brutaux : ainsi ces fragments de tableaux mutilés, réduits pour les besoins de leur « adaptation » à un changement de décor. Ou bien ces peintures en miniature provenant du découpage (« Cutting ») des livres de chœur enluminés par des moines-artistes.

C’est dans ces « fourches de histoire » que s’inscrit « Slip of the Tongue ». Le titre de l’exposition (en français : lapsus, langue qui fourche) est emprunté à celui de l’une des œuvres de l’artiste Nairy Baghramian (née en 1971) avec qui Danh Vo est en active conversation et dont sont présentées trois installations. Le cœur de l'exposition est constitué de deux extraordinaires ensembles de l’artiste américaine Nancy Spero. Codex Artaud (1971-72) : trente-quatre fragiles rouleaux composés de bandes de papier recueillent une forme hybride d’écriture-dessin-peinture. Ils peuvent se lire comme une entreprise de restauration, par l’artiste américaine, de la fureur et la frustration dont l’écrivain français Antonin Artaud a fait l’incandescence de sa langue. Cri du Cœur (2004), l’ultime installation monumentale de l’artiste, exprime la douleur intime du deuil, « adaptée » c’est à dire adressée aux milliers de personnes frappées au même moment par les désastres guerriers ou environnementaux, ces anonymes avec lesquelles elle opère le lien.

L’articulation entre la dimension interpersonnelle de la relation et sa dimension sociale tisse également les projets d'expositions qu’a précédemment menés Danh Vo, autour d’artistes qu’il n’a pas forcément connus, comme Felix Gonzalez-Torres (2009, centre d’art contemporain Wiels, Bruxelles), Martin Wong (2013, Solomon R. Guggenheim Museum, New York) ou de Julie Ault, son amie (2013, Artists Space, New York). Avant d’être celui de tous, l’enjeu individuel retentit aussi dans la présentation d’objets qui, tels les chandeliers de la salle de bal de l’Hotel Majestic à Paris, furent les témoins muets de la ronde des négociations décidant de l’avenir du Vietnam, en 1975 ; l’année même où naissait l’artiste, dans ce même pays. Ainsi, c’est peut-être aussi en tant que commissaire que Danh Vo est le plus artiste.

Artistes présentés

Galerie

lavier64.jpg
Bertrand Lavier, La Bocca/Bosch, 2005


hammons3826.JPG
David hammons, Central park Ouest (1990)


degruyter3845.JPG
Hildegard , Jos de Gruyter et Harald Thys, 2013

rodin3818.JPG
Auguste Rodin, Iris, messagère des dieux, plâtre 1890
Ce plâtre d'un corps incomplet et écartelé, érotique, n'était pas à la vue de tout le monde dans son atelier.


moulene3860.JPG
Jean-Luc Moulène, La Toupie, 2015


elgreen3814.JPG
Powerless Structure , Michael Elgreen et Ingar Dragset, 2014


spero2015.jpg
Nancy Spero, Codex Artaud, 1971-1972

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique