Shuhei Endo

Un article de Nezumi.

Shuhei Endô ( japonais : 遠藤 秀平, Endô Shuhei) architecte japonais né en 1960

Biographie et œuvre

Shuhei Endo est diplômé en architecture de l’école d’art de Kyôto en 1986 avec le grade de docteur.

Il rejoint à sa sortie le cabinet d'architecture Osamu Ishii & Associés. En 1988 il fonde sa propre agence, le « Shuhei Endo architect institute », à Ôsaka et il commence à enseigner à l'université Kinki, dans la branche design de l'Université de Kobe, et à l'Institut de Technologie de Fukui.

Il est connu comme faisant partie de ces architectes, qui au début des années 1990 ont exploré une troisième voie entre modernité et déconstructivisme. Endo a utilisé le mot paramoderne pour décrire son travail, qui propose d’explorer d’autres directions possibles pour le modernisme et en tirer le meilleur parti, tout en dépassant les limites auto-imposées par ce courant.

Ses projets consistent à intégrer un procédé original visant à assurer une parfaite continuité entre les divers éléments constitutifs d’une construction, la structure, les murs extérieurs et le toit, mettant en œuvre pour cela des plaques de tôle ondulée couramment utilisées par le génie civil. Ses réalisations successives ont contribué à améliorer ce type d’architecture.

Ainsi, par les replis et les torsions de ses surfaces, son architecture se libère des contraintes orthogonales de l’espace euclidien et s’ouvre à une conception de la complexité, le pli est l’occasion d’expérimenter des modes de construction plus légers et flexibles.

En ligne avec son approche paramoderne, Endo a choisi d'éviter le plus possible le béton. Celui-ci représente pour lui froideur et lourdeur. C'est pourquoi il en vient à utiliser de préférence la tôle d’acier.

Il devient ainsi connu comme architecte de l’acier car il ne cesse d’expérimenter les possibilités de ce matériau. Ses œuvres communiquent un sentiment de liberté : des feuilles ondulées d’acier sont tordues en spirale et enroulées autour de ses bâtiments, disposés sur différents niveaux afin de créer des membranes autour d’espaces ouverts, Ses œuvres les plus représentatives dans ce domaine sont les projets Springtecture Harima S//H (1988), Springtecture Biwa S//B (2002) et plus récemment Springtecture O-Rush Tenpaku (2005).

Aujourd’hui bien que cette philosophie reste fermement ancrée dans sa pensée, il utilise également des structures de bois ou de béton préfabriqué, effaçant progressivement son image de l'architecte du seul acier ondulé.

Réalisations (sélection)

  • 1988 - U Hause, Higashiosaka, Osaka
  • 1990 - 3rd Factory, Azai, Shiga
  • 1994 - Cyclestation M, Maihara, Shiga
  • 1995 - O Hause, Nagakakyo, Kyoto
  • 1996 - Transtreet F et G Fukui,
  • 1996 - Healtecture K, Takatsuki, Osaka
  • 1996 - Skintecture I, Shingu, Hyogo
  • 1996 - S Hause, Kôbe, Hyogo
  • 1997 - Transtation O, Sakai, Fukui
  • 1997 - Rooftecture T, Fukui
  • 1997 - Halftecture F, Fukui
  • 1998 - Springtecture H, Shingu, Hyogo
  • 1998 - Rooftecture N, Nishinomiya; Rooftecture O, Shimizu
  • 1998 - Transtreet T, Fukui, Fukui
  • 1999 - Rooftecture H, Himeji, Hyogo; Rooftecture Y, Tamasaki, Shiga
  • 2000 - Rooftecture A, Taitou-ku, Tokyo; Rooftecture B, Biwa, Shiga; Rooftecture K, Nishinomiya
  • 2000 - Springtecture Orleans
  • 2001 - Rooftecture W, Minou, Osaka ; Rooftecture UB, Oku, Okayama; Rooftecture M, Maruoka, Fukui
  • 2001 - Transtreet H, Tsuruga, Fukui
  • 2001 - Halftecture I, T et S Maihara, Shiga
  • 2002 - Slowtecture S, Maihara, Shiga
  • 2002 - Springtecture B, Maihara, Shiga
  • 2002 - Rooftecture C, Crematorium, Taishi, Hyogo
  • 2002 - Growtecture S, Osaka, Osaka
  • 2003 - Bubbletecture M, Maihara, Shiga
  • 2005 - Springtecture O-Rush Tenpaku

Galerie

endo310.jpg
Maquette (Japan-ness)
endobubM.jpg
Bubbletecture M, Maihara, Shiga

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique