Shimabuku

Un article de Nezumi.

Shimabuku plasticien contemporain japonais né en 1969 à Kôbe

Biographie et œuvre

Diplômé du College of Art d’Osaka en 1990 et de l’Art Institute de San Francisco, Shimabuku inaugure son œuvre par une performance : il se rase le sourcil gauche et prend le métro à Londres. Depuis, il met en place des histoires desquelles découlent des observations d’une poésie hors du commun.

L'inversion de la façon dont les choses sont classiquement considérées est cruciale pour la pratique de Shimabuku. Il s'intéresse à ce qui est normal d'être rendu étrange et reprend souvent le thème du voyage dans son travail, les moyens par lesquels la différence se produit par la traduction en temps et en espace. La photographie Cucumber Journey (2000) commémore une performance de deux semaines qui se déplace lentement vers le nord sur les canaux britanniques tout en apprenant à repiquer les légumes. Il a déclaré: «Je pense que la cuisine et l'art sont similaires. Ils sont à la fois sur des réunions inattendues d'ingrédients lointains, pour créer quelque chose de délicieux, quelque chose de bon ".

Dans sa vidéo Then,I decided to give a tour of Tokyo to the octopus from Akashi (2000), on le voit avec une pieuvre qui prend un train Shinkansen à Tokyo. Là, ils font des visites touristiques à la Tour de Tokyo et au célèbre marché de poisson Tsukiji avant de revenir en train pour un voyage de retour afin que la pieuvre puisse encore être immergée, à la maison dans la mer d'Akashi, pour la rendre à son milieu naturel.

Dans sa recherche de valeurs nouvelles dans le quotidien, le travail de Shimabuku se déploie dans des idées simples et visuelles, parfois surréelles, qui sont méticuleusement réalisées et documentées. Le travail de Shimabuku se fonde sur l'anecdote. Ainsi des "petites histoires" marginales ou hasardeuses jalonnent son existence. Ces micro-événements de la vie quotidienne suscitent des rencontres, des récits ou des images qui sont à l'origine de ses différents dispositifs, installations ou films documentaires.

L'implication des autres, non seulement dans la consommation, mais aussi dans la production de son travail, marque Shimabuku comme une figure majeure dans le développement récent de la pratique artistique relationnelle. Il a produit de nombreux événements, interventions et spectacles très ouverts au public, au point qu'ils deviennent des participants actifs. Lorsque la Terre tournée vers la mer (2002) nécessite des dizaines de volontaires pour faire voler des cerf-volants de poisson, il en résulte un banc de poissons dans le ciel et donc le monde est renversé. Passant à travers la bande de caoutchouc (2000), invite également les visiteurs de la galerie à traverser les boucles d'étirement, un simple acte de plaisir et d'émerveillement par les moyens les plus modestes, comme dans tous ses travaux, le merveilleux émerge du monde.

En 2010 à Bordeaux , Shimabuku a infiltré le patrimoine local. Rencontrant ostréiculteurs, producteurs de jambon ou restaurateurs, il aura notamment l'occasion de suivre les différents stades de la production de la lamproie, poisson particulier à l'aspect proche de l'anguille qui remonte périodiquement les eaux de la Garonne, depuis la pêche sur les bords du fleuve jusqu'au moment de la dégustation.

Expositions (sélection)

Galerie

shimabuku9936.JPG
shimab0853.JPG
shimabuku9982.JPG
Then,I decided to give a tour of Tokyo to the octopus from Akashi, 2000
shimab0857.JPG
The Snow Monkeys of Texas, 2016

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique