Rudolf Stingel

Un article de Nezumi.

Rudolph Stingel plasticien contemporain américain d'origine italienne germanophone, né en 1956

Biographie et œuvre

Rudolf Stingel est né à Merano , Italie; naturalisé américain, vit et travaille à New York .

Le travail de Rudolf Stingel peut se rattacher à l'art conceptuel et engage le public dans un dialogue sur leur perception de l'art. Ses peintures et installations permettent d'explorer le processus de création. En utilisant des matériaux facilement disponibles comme les tapis, le polystyrène et le polyuréthane coulé, Stingel crée un art fondé sur un cadre conceptuel de base et les défis des notions contemporaines sur la peinture. Les surfaces de ses œuvres à deux dimensions sont souvent sculptées, gravées ou en retrait, attestant visiblement l'attrait de l'artiste pour la matière industrielle.

Le travail de Stingel a été reconnu dans les années 1980 pour ses œuvres monochromes, peintures argentées avec des nuances de rouge, jaune ou bleue. Plus tard ses peintures abstraites des années 1990 se composent d'huiles dans des couleurs pures et éclatantes. Sa travail commence par l'application d'une couche épaisse de peinture dans une couleur particulière à la toile. Des morceaux de gaze sont ensuite placés sur la surface de la toile et de la peinture d'argent est ajoutée en utilisant un pistolet de pulvérisation. Enfin, la gaze est enlevé, résultant en une surface richement texturée. Pour ses œuvres sur papier Stingel emploie une technique d'application de peinture à l'huile et / ou émail sur le papier à travers un écran de tulle. À la Biennale de Venise en 1989, il a publié un manuel illustré "do-it-yourself" en anglais, italien, allemand, français, espagnol et japonais, «Instructions, Istruzioni, Anleitung ...», décrivant l'équipement et la procédure qui permettrait à n'importe qui de créer une de ses toiles. Pour ce faire, il suggère que tout le monde pourrait produire un travail d'abstraction par la suite d'un simple jeu d'instructions.

Au début des années 1990 Stingel créé une série de sculptures de radiateur en résine coulée translucide dans lequel la peinture acrylique orange a été versé au cours du processus de moulage. En outre, au début des années 1990, Stingel a commencé son travail sur la relation entre la peinture et l'espace en développant une série d'installations qui recouvrait les murs et les planchers des salles d'exposition avec des tapis monochromes ou noir et blanc, transformant l'architecture en peinture. En 1993, il expose un immense tapis peluche orange collé sur le mur à la Biennale de Venise . En 2004, il a couvert les étages entiers de Grand Central Terminal de Vanderbilt Hall et le Walker Art Centre, avec un tapis de fleurs rose et bleu industriellement imprimés.

Pour un événement collatéral à la Biennale de Venise 2013 , il a couvert le Palazzo Grassi avec une reproduction industrielle, et à l'échelle 2, d'un tapis persan ancien et partiellement usé. Sur ce fond il a accroché des photographies en noir et blanc, abstraites ou représentant des peintures classiques. Stingel unit la verticalité de la toile avec l'horizontalité du tapis. L'artiste réunit ainsi deux traditions visuelles opposées : l'austérité de la peinture monochrome, un langage courant chez les artistes d'avant-garde, et les arts décoratifs. Ces différentes sources s'associent pour contester les notions traditionnelles de la paternité d'une œuvre; la méthode de production employée par Stingel lui permet d'éliminer toute trace de la personnalité distinctive de l'artiste, tout en répondant à un désir de répétition. Stingel encourage ainsi le spectateur à regarder au-delà de la surface luxueuse de ces œuvres afin de contempler l'authenticité, la hiérarchie et l'originalité de l'art contemporain.

Pour d'autres installations, il a couvert les murs avec des panneaux d'isolation argent métallique Celotex et a invité les visiteurs à les marquer comme ils le souhaitaient. En 2007 lors d'une rétrospective au Museum of Contemporary Art de Chicago et au Whitney Museum of American Art , l'artiste a couvert les murs de la galerie avec des panneaux isolants Celotex et a invité les visiteurs à dessiner, écrire et faire des empreintes sur la surface de l'argent effaçant la barrière entre le geste artistique de l'individu et les gestes collectifs de milliers de spectateurs.

Stingel a collaboré avec l'artiste Urs Fischer à plusieurs reprises.

Expositions (sélection)

  • 2013 Palazzo Grassi , Venise, Italie. Exposition personnelle, conçue par l’artiste en collaboration avec Elena Geuna.
  • 2010 Neue Nationalgalerie , Berlin, Allemagne
  • 2011 Le monde vous appartient, Palazzo Grassi, Venise
  • 2007 Musée d'art contemporain, Chicago
    • Whitney Museum of American Art
  • 2006 Inverleith House, Édimbourg
    • Day for Night: Whitney Biennial 2006, New York
    • Où allons-nous? (Oeuvres de la collection de François Pinault), organisée par Alison Gingeras, Palazzo Grassi , Venise, Italie
  • 2005 EURAC tour, Bolzano, Italie
  • 2004 Love / Hate: de Magritte à Cattelan, Chefs-d'œuvre du Musée d'art contemporain, Chicago
    • Sadie Coles HQ, Londres
    • Museum für Moderne Kunst , Frankfurt
  • 2002 Georg Kargl Galerie, Wien, Autriche
    • Paula Cooper Gallery , New York
  • 1996 SCAI, The Bathhouse, Tokyo
  • 1995 Art & Public, Genève
  • 1991 Daniel Newburg Gallery, New York
    • Galerie Claire Burrus, Paris
  • 1990 Richard Kuhlenschmidt Gallery , Santa Monica

Galerie

stingel2013.jpg
Venise, Palazzo Grassi , 2013


stingel2000.jpg
Travaux divers


Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique