Puma

Un article de Nezumi.

Classification classique
Puma
phylum Chordata
sous-embranchement Vertebrata
classe Mammalia
infra-classe Eutheria
ordre Carnivora
famille Felidae
genre Puma
Puma concolor
Carl von Linné, 1771

Le puma (Puma concolor) appartient à la famille des félidés. Il est également connu dans certaines régions sous le nom de couguar, cougar ou lion des montagnes. Il ressemble à un gros chat sauvage que l'on peut rencontrer en Amérique du Nord et du Sud. Le puma est un animal difficile à observer et solitaire.

Description

En moyenne, le mâle mesure entre 1 mètre et 2,30 mètres de longueur, le record étant de 2,90 mètres, queue comprise. Celle-ci représente un tiers de la taille de l'animal. La masse du puma est comprise entre 25 kg et 100 kg ; le plus gros individu connu faisait 120 kg. Sa taille varie de 60 cm à 76 cm à hauteur à l'épaule,. La femelle est plus petite (de 0,95 m à 2,10 m) et moins grosse (environ 35 kg à 48 kg). En outre, les espèces de pumas se différencient par leur taille : les plus grands spécimens vivent dans les montagnes Rocheuses et en Patagonie, alors que l'on rencontre les plus petits dans les régions proches de l'équateur. La taille augmente au fur et à mesure que l'on s'éloigne de cette ligne.

La silhouette du puma est fine et musclée et son postérieur est plus haut que sa tête ce qui lui permet de sauter facilement. Sa longue queue (entre 53 cm et 81 cm,), plus foncée à son extrémité, est l'une des caractéristiques du puma. Enfin, il possède des griffes longues, pointues et rétractiles, et quatre doigts. Ses pattes de derrière sont plus larges et puissantes que celles de devant, ce qui lui permet de bondir efficacement et d'avancer aisément dans la neige ou sur un terrain escarpé.

Le pelage du puma est uniforme (concolor signifie « d'une seule couleur »), même si l'on devine parfois des rayures sur ses membres antérieurs. Sa couleur reste dans les tons fauves et varie du brun roux dans les régions tropicales au gris jaune dans les régions arides. Le dessous du corps est plus clair, allant de la couleur crème au blanc.

La longueur des poils dépend du milieu naturel dans lequel l'animal vit : ils sont rudes et courts dans les régions chaudes et longs dans les régions froides. Les cas d'albinisme sont rares, mais les cas de mélanisme sont fréquents.

Le puma possède une petite tête de forme arrondie munie d'oreilles courtes et écartées qui lui donnent une acuité auditive exceptionnelle. La puissance de ses mâchoires est plus grande que celle de n'importe quel chien. La fourrure du menton est blanchâtre ainsi que le museau. La truffe est rose et son odorat est très développé. La couleur des yeux varie du vert au jaune ambré et son champ de vision est très large . Le puma est capable de bien voir dans l'obscurité.

Mode de vie et reproduction

Le puma peut courir jusqu'à 50 km/h. En outre, il peut franchir jusqu'à 12 mètres en longueur, d'un bond à partir d'une position fixe. Enfin, il est capable de faire des bonds atteignant 5 mètres de haut, sans élan, ce qui constitue un record absolu dans le règne animal.

Il se déplace en silence. C'est un animal qui nage bien, mais il ne le fait qu'en cas de menace. Pour les besoins de la chasse ou en cas de menace, il est capable de grimper aux arbres et de faire preuve d'une grande agilité. Le puma a peu de prédateurs, mais en Amérique centrale et Amérique du Sud, il peut être attaqué par le jaguar et l'anaconda.

Les cris du puma diffèrent selon les circonstances : ils peuvent être très aigus et ressembler à un sifflement en période de rut  ; ils peuvent faire aussi penser à un fort ronronnement. Pendant la saison de l'accouplement, les pumas émettent des sortes de miaulements puissants,. Le puma ne rugit pas en raison de l'ossification totale de son appareil hyoïde . Il émet un gémissement aigu pour menacer les intrus osant s'aventurer sur son territoire.

Les pumas sont carnivores, ils attaquent en général les grands mammifères comme les cerfs ou les élans mais aussi des animaux plus petits s'ils en ont besoin, il leur arrive même de pêcher ou de se nourrir d'insectes ou de lézards. En Amérique latine, les pumas subissent la concurrence des jaguars qui ne leur laissent que des proies de taille moyenne. Enfin, le puma peut tuer des animaux d'élevage (chevaux, moutons, vaches, chèvres, etc.).

Les pumas chassent seuls, à l'aube ou au crépuscule, le jour en montagne. Ils traquent leur proie et l'approchent par derrière. Les pumas peuvent fondre sur un animal du haut d'une branche : c'est la chasse à l'affût. Ils tuent leur proie en mordant la base du crâne, brisant ainsi le cou de leur victime. Ils peuvent ainsi s'attaquer à des animaux beaucoup plus gros qu'eux. Ils enterrent ensuite la carcasse ou la recouvrent partiellement afin de la protéger quelques jours des charognards avant de revenir pour s'en nourrir.

Les mâles adultes occupent un territoire moyen de 250 km² qui est marqué par leur urine, leurs déjections ou des traces de leurs griffes sur les troncs, accompagnées d'un marquage odorant ; comme les autres félins, le puma possède des glandes sudoripares au niveau des pelotes digitales et plantaires. Le territoire du puma s'étend de 100 à 1000 km². Celui des femelles est plus restreint, en général moins de 100 km², ce qui implique que le territoire d'un mâle comprend plusieurs territoires de femelles.

Le puma est un animal solitaire. Les mâles et les femelles ne se rencontrent qu'en période d'accouplement (environ deux semaines ). La durée de la gestation est d'environ 90 jours. Les naissances ont lieu surtout à la saison chaude. Une portée, qui peut aller jusqu'à six chatons, compte généralement deux à trois petits , qui restent avec leur mère jusqu'à leur deuxième année. La gestation dure entre 88 et 96 jours. La femelle met bas dans une tanière (fourré, caverne, cavité, etc.) tous les deux ans en moyenne.

Population et répartition

On estime que le puma est apparu en Amérique il y a près de 500 000 ans. Avant l'explosion démographique sur le continent américain, on trouvait le lion des montagnes sur tout le continent américain : de la Colombie-Britannique au sud de l'Argentine. Aujourd'hui encore, il est l'animal terrestre qui occupe la zone la plus étendue du Nouveau Monde, couvrant près de 110 degrés de latitude. Le puma est également le félin le plus répandu après le chat domestique sur le continent américain.

Du fait de sa grande répartition géographique, on peut dénombrer une trentaine de sous-espèces de puma concolor déterminées par quelques différences de taille, de pelage ou de comportement.

Le puma est absent des îles (Caraïbes, Antilles), de l'Uruguay ainsi que du centre et de l'est de l'Amérique du Nord. Il était autrefois présent dans les forêts du Grand Nord, mais il a disparu à la suite de l'extinction des grands ongulés dans cette région. Le puma peut occuper une grande variété d'habitats, mais l'extension humaine les a repoussés dans les montagnes, les forêts, les prairies, les déserts et les étendues sauvages du continent américain. On le trouve jusqu'à 5 900 mètres dans la cordillère des Andes.

L’importance du puma dans les cultures précolombiennes

Le mot « puma » [pyma] est dérivé d’un mot quechua introduit en français par l'intermédiaire de l'espagnol où il est attesté depuis 1602. Les Incas les tuaient lorsqu'ils s'attaquaient aux guanacos et au vigognes. Le terme « couguar » [kuga:ʀ] est orthographié de diverses manières (« cougar », « couguard » et parfois « cougouar ») au cours du XVIIIe siècle. Au Brésil, les Amérindiens Tupi appelaient l'animal susuarana, déformé ensuite par les Portugais en suçuarana puis cuguacuarana et qui devint au XVIIIe siècle le « couguar » du naturaliste français Buffon.

Le puma est un animal très vénéré de la mythologie andine. Il y occupe une place similaire à celle du lion dans le bestiaire occidental. Les civilisations précolombiennes révéraient le puma comme un dieu ou un être surnaturel, à l'instar du jaguar. Dans les Andes, le dieu Viracocha est représenté par le motif du puma sur la porte du Soleil de Tiahuanaco. Pour les Incas, lors des éclipses de Soleil, Int, dieu du soleil était dévoré par un monstre céleste assimilé à un puma. Les pumas étaient vus comme les représentants des dieux de la montagne. Lorsque ce phénomène céleste se produisait, les paysans des Andes faisaient là encore un maximum de bruit mais cette fois, pour effrayer le félin. Le nom du lac Titicaca signifie le « lac des pumas de pierre ». Les plans de la ville de Cuzco au Pérou auraient été conçus en reprenant la silhouette du félin.

Les Anasazis lui vouaient un culte. Au Nouveau-Mexique, les Cochites ont sculpté deux pumas en pierre grandeur nature pour un autel et les Zunis emportaient avec eux des amulettes en pierre représentant le félin. D'autres peuples le chassaient pour s'en nourrir ou pour sa peau. Dans les croyances animistes des peuples d'Amérique du Nord, l'esprit du puma est celui du chef qui s'impose sans utiliser la violence ou la contrainte. Il est un modèle de persévérance et de détermination, car il attend patiemment le passage d'une proie du haut d'un arbre ou d'un rocher.

Puma (genre)

Le genre regroupe seulement deux espèces suivantes :

  • Puma concolor (Linnaeus, 1771), objet de cet article
  • Puma yagouaroundi (É. Geoffory Saint-Hilaire, 1803) - Jaguarondi


Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique