Paul Rebeyrolle

Un article de Nezumi.

Paul Rebeyrolle (né le 3 novembre 1926 à Eymoutiers, mort le 7 février 2005 à Boudreville en Côte-d'Or) peintre et sculpteur contemporain français.

Biographie

Son enfance est marquée par une tuberculose osseuse, l'obligeant à de longs moments d'immobilité. Il étudie à Limoges avant de rejoindre Paris à la Libération. Il découvre alors les peintres contemporains ainsi que la peinture classique au musée du Louvre. Membre du parti communiste français à partir de 1953, il rompt avec ce dernier en 1956 lors de l'invasion russe en Hongrie.

Rebeyrolle quitte Paris en 1963 et s’installe à la campagne pour y vivre et y travailler, d’abord dans l’Aube puis en Côte d’Or. Première exposition en 1967à la galerie Maeght à Paris où il présente un ensemble de toiles dont la plupart ont pour thème Les Instruments du Peintre. Ces toiles matérialisent avec plus d’audace et de maitrise l’évolution amorcée deux ans auparavant et dans lesquelles le rôle de la matière est encore accentué. Invité à Cuba avec d'autres artistes, il participe à l'élaboration d'une œuvre collective pendant l'été et réalise également deux œuvres qui peuvent être considérées comme les premières de la série Guerilleros.

Il expose en 1973 Les Prisonniers en représentant des chiens engrillagés. Le catalogue est préfacé par Michel Foucault. Puis en 1974, il réalise la série Faillite de la Science Bourgeoise et exécute 15 lithographies pour Conte Rouge pour Paloma écrit par Serge Sautreau et André Velter.

Rebeyrolle commence en 1977 une série de Grands Paysages (sources, cascades et rochers) univers dans lequel il retrouve la permanence d’un thème qui lui est cher. Première exposition rétrospective en 1979, aux Galeries Nationales du Grand Palais à Paris, présentée par Michel Troche. Alors qu’il termine la série Les Évasions Manquées, l’artiste reçoit en 1982 le Grand Prix de la Ville de Paris.

Au cours des années suivantes, Paul Rebeyrolle poursuit un cycle de séries dans lesquelles il continue d’exprimer, avec une grande verve, la force d’un propos toujours engagé :

  • Germinal (1986)
  • Au Royaume des Aveugles (1987)
  • Les Grandes Têtes (1989)
  • Les Panthéons (1990-1991)
  • Splendeur de la Vérité (1993)
  • A Propos de Courbet (1994)
  • Bacchus (1997-1998)
  • Le Monétarisme (1999)
  • Clones (2001)
  • Clones et Autophages (2003-2004)

Une grande rétrospective lui est consacrée à la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence en 2000.

Son œuvre, toujours figurative, est marquée par la violence, la rage, la révolte face à l'oppression ou l'engagement politique. Elle est ponctuée de tableaux animaliers et paysagers, ainsi que de tableaux employant des matières collées sur la toile (terre, crin, ferraille...). Elle a été appréciée par les philosophes Jean-Paul Sartre ou Michel Foucault ainsi que par le collectionneur François Pinault. Il évoque le travail de la Figuration libre, bien que son style soit antérieur à celui de cette école.

Un espace d'art contemporain a été construit à Eymoutiers, son village natal, consacré principalement à son œuvre; conçu par l’architecte Olivier Chaslin, et ouvert depuis 1995. Dans ce lieu unique sont exposées plus de 40 toiles ainsi que de nombreuses sculptures, représentatives de la production de l’artiste, depuis 1959 jusqu’à sa disparition.

Voir aussi

  • Paul Rebeyrolle 1926-2005, Marine Degli, Panama.
  • L'œuvre de chair : Paul Rebeyrolle, la peinture et la vie, Lionel Bourg, éditions urdla, 2006.

Galerie

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique