Nakasendô

Un article de Nezumi.

Le Nakasendô (中山道), également appelé Kisokaidô (木曾街道), est l'une des cinq routes d'Edo pendant la période Tokugawa, et l'une des deux reliant Edo (actuel Tôkyô) à Kyoto au Japon.

Description

Le Nakasendô compte 69 stations et traverse les provinces de Musashi, de Kôzuke, de Shinano, de Mino et d'Ômi. En plus de celles de Tokyo et Kyoto, le Nakasendô passe par les préfectures actuelles de Saitama, de Gunma, de Nagano, de Gifu et de Shiga, pour une distance totale d'environ 534 kilomètres.

À la différence du Tôkaidô qui longea la côte, le Nakasendô reste dans l'intérieur, d'où son nom, qui peut se traduire par « la route à travers les montagnes centrales » (par opposition à "Tôkaidô", qui signifie « la route près de la mer de l'Est»). Du fait que c'était une route difficile, mais sûre et de bonne qualité, beaucoup de personnes célèbres, dont le poète de haïku Bashô Matsuo, l'ont emprunté au moins une fois dans leurs vies.

Vers le début du VIe siècle, juste après l'établissement du Ritsuryô, le parcours qui deviendrait plus tard le Nakasendô a été créée pour relier Kinai, où se trouvait l'ancienne capitale du Japon, aux provinces du Tôsandô à l'Est. Au cours de la période Sengoku, qui a duré du XVe au XVIIe siècle, le Tôsandô était contrôlé par les clans Takeda (province de Kai), Ogasawara (province de Shinano), Kanamori (province de Hida) et Oda (province de Mino). Afin de relier le Tôsandô au Tôkaidô (et les Takeda avec les Oda), un réseau de routes a été développé.

Dans les premières années de la période Edo, beaucoup de changements politiques, juridiques, culturels et intellectuels ont eu lieu, dont la rénovation du réseau routier vieux de plus de mille ans. Cinq routes ont été officiellement désignées comme voies officielles pour l'usage du Shogun et des daimyos pour fournir au Shogunat Tokugawa le réseau de communications dont il avait besoin pour stabiliser et diriger le pays. L'une de ces cinq routes était le Nakasendô, qui partait d'Edo, la capitale du Shogun, traversait les montagnes centrales de Honshû et reliait Kyoto.

Avant la création de ces itinéraires commerciaux officiels, beaucoup d'itinéraires plus courts existaient, reliant les villes sur des distances différentes. L'une de ces voies était le Kisoji, qui était composé de onze stations qui deviendront plus tard une partie de celles du Nakasendô (de Niekawa à Magome ). Avant la période Edo, l'itinéraire avait deux dénominations, Sandô (山道) et Tôsandô (東山道). Au cours de la période Edo, le nom a été changé en Nakasendô, comme nom officiel en 1716.

Les estampes d'Hiroshige

Le célèbre peintre de l'Ukiyo-e, Hiroshige a popularisé cette route en publiant Les Soixante-neuf Stations du Kiso Kaidô (Kiso Kaidō Rokujūkyū-tsugi). Cette série, tablant sur le succès remporté par les 53 stations du Tôkaidô (publié en 1833), dépeint les 69 stations de la route

La série des 69 stations du Kiso Kaidô a été peinte en partie par Keisai Eisen. Eisen produisit 23 des stations, plus le point de départ, le Nihonbashi, Hiroshige réalisant le reste de la série du Kiso Kaidō, soit 47 estampes.

La publication de cette série s'est déroulée de 1834 à 1842.

Stations du Nakasendô

Chaque relais officiel sur la route est désigné par le terme Shukuba (宿場). Le nom complet de chaque relais est, en conséquence, le nom du lieu terminé par le suffixe juku ou shuku. On appelait également le relais shukueki (宿駅).
Les voyageurs pouvaient s'y reposer. Chaque relais fut créée pour les besoins d'un transport de personnes ou de marchandises à dos de cheval, selon des orientations mises au point pendant les périodes Nara et Heian. Chaque relais devait pouvoir fournir des chevaux et proposer hébergement et ravitaillement dans un Honjin, un Wakihonjin et des auberges ordinaires.

Honjin (本陣)
Le honjin était initialement le lieu d'où les généraux dirigeaient les batailles qu'ils menaient ; il s'agissait donc par essence d'une structure temporaire. Sur les routes principales de l'ère Edo le Honjin est un bâtiment où les daimyo et les autres représentants du shogun, les hatamoto (vassal direct du Shogun) , les monzeki (Prêtre bouddhiste de lignée impériale) se voyaient autorisés à séjourner durant leurs voyages. Beaucoup de honjin étaient de fait les résidences personnelles de chefs de village ou de ville. En tant que tels, ils accueillaient les envoyés officiels du gouvernement, et développèrent leurs résidences en conséquence. En reconnaissance de leur coopération, les propriétaires de honjin bénéficiaient de privilèges spéciaux.

Wakihonjin (脇本陣)
Souvent situé à proximité immédiate du Honjin, le wakihonjin était tenu par une autre famille importante du village. Le wakihonjin accueillait les hauts-fonctionnaires impériaux ou encore les nobles qui auraient pu prétendre au honjin lorsque celui-ci était déjà occupé par un plus haut gradé.
Les voyageurs ordinaires, les commerçants, n'étaient pas autorisés à séjourner dans le honjin, ou le wakihonjin et ceci, quelle que soit leur situation de fortune.

Autres bâtiments

  • Le Toiyaba (問屋場) était le bâtiment d'où était administré les services du Shukuba
  • Hatago (旅籠) est une auberge où tout voyageur peut manger et dormir
  • Kichin-yado (木賃宿) est une auberge où tout voyageur peut seulement dormir (pas de repas)
  • Le Kôsatsu (高札) est un tableau où sont affichés les règlements et décisions du Shôgun

Les 69 stations du Nakasendô, sont réparties en fonction des préfectures contemporaines dont elles relèvent et incluent le nom des villes ou villages actuels:

Tôkyô

  • point de départ : Nihonbashi (Chūô-ku)
  • 1. Itabashi (Itabashi)


Préfecture de Saitama

  • 2. Warabi (Warabi)
  • 3. Urawa (Urawa, Saitama)
  • 4. Ômiya (ômiya, Saitama)
  • 5. Ageo (Ageo)
  • 6. Okegawa (Okegawa)
  • 7. Kônosu (Kônosu)
  • 8. Kumagai (Kumagaya)
  • 9. Fukaya (Fukaya)
  • 10. Honjô (Honjô)


Préfecture de Gunma

  • 11. Shinmachi (Takasaki)
  • 12. Kuragano (Takasaki) (en commun avec le Nikkô Reiheishi Kaidô)
  • 13. Takasaki (Takasaki)
  • 14. Itahana (Annaka)
  • 15. Annaka (Annaka)
  • 16. Matsuida (Annaka)
  • 17. Sakamoto (Annaka)


Préfecture de Nagano

  • 18. Karuisawa (Karuizawa, Kitasaku District)
  • 19. Kutsukake (Karuizawa, Kitasaku District)
  • 20. Oiwake (Karuizawa, Kitasaku District)
  • 21. Otai (Miyota, Kitasaku District)
  • 22. Iwamurada (Saku)
  • 23. Shionada (Saku)
  • 24. Yawata (Saku)
  • 25. Mochizuki (Saku)
  • 26. Ashida (Tateshina, Kitasaku District)
  • 27. Nagakubo (Nagawa, Chiisagata District)
  • 28. Wada (Nagawa, Chiisagata District)
  • 29. Shimosuwa (Shimosuwa, Suwa District) (en commun avec le Kôshū Kaidô)
  • 30. Shiojiri (Shiojiri) (en commun avec le Shio no Michi)
  • 31. Seba (Shiojiri)
  • 32. Motoyama (Shiojiri)
  • 33. Niekawa (Shiojiri)
  • 34. Narai (Shiojiri)
  • 35. Yabuhara (Kiso (village), district de Kiso)
  • 36. Miyanokoshi (Kiso (village), Kiso District)
  • 37. Kiso-Fukushima (Kiso (village), Kiso District)
  • 38. Agematsu (Agematsu, Kiso District)
  • 39. Suhara (Okuwa, Kiso District)
  • 40. Nojiri (Okuwa, Kiso District)
  • 41. Midono (Nagiso, Kiso District)
  • 42. Tsumago (Nagiso, Kiso District)

Préfecture de Gifu

  • 43. Magome (Nakatsugawa)
  • 44. Ochiai (Nakatsugawa)
  • 45. Nakatsugawa (Nakatsugawa)
  • 46. Ôi (Ena)
  • 47. Ôkute (Mizunami)
  • 48. Hosokute (Mizunami)
  • 49. Mitake (Mitake, district de Kani)
  • 50. Fushimi (Mitake, district de Kani)
  • 51. Ôta (Minokamo)
  • 52. Unuma (Kakamigahara)
  • 53. Kanô (Gifu)
  • 54. Gôdo (Gifu)
  • 55. Mieji (Mizuho)
  • 56. Akasaka (ôgaki)
  • 57. Tarui (Tarui, Fuwa District)
  • 58. Sekigahara (Sekigahara, Fuwa District)
  • 59. Imasu (Sekigahara, Fuwa District)


Préfecture de Shiga

  • 60. Kashiwabara (Maibara)
  • 61. Samegai (Maibara)
  • 62. Banba (Maibara)
  • 63. Toriimoto (Hikone)
  • 64. Takamiya (Hikone)
  • 65. Echigawa (Aishô, Echi District)
  • 66. Musa (ômihachiman)
  • 67. Moriyama (Moriyama)
  • 68. Kusatsu (Kusatsu) (fait aussi partie du Tôkaidô)
  • 69. Ôtsu (Ôtsu) (fait aussi partie du Tôkaidô)


Préfecture de Kyoto

  • point d'arrivée : Sanjô ôhashi (arrondissement de Higashiyama-ku à Kyôto)

Postes de contrôle

En plus des stations, une douzaine de postes de contrôle Sekisho (关所) existaient jusqu'en 1865 sur le parcours du Nakasendô, comme, par exemple, au nord de Kiso-Fukushima.

Le Nakasendō aujourd'hui

Bien qu'il y ait eu beaucoup de constructions modernes le long du Nakasendō, quelques parcelles d'origine demeurent, alors que d'autres ont été reconstituées ces dernières décennies. La section la plus connue se situe dans la vallée de Kiso, entre Tsumago (préfecture de Nagano) et Magome (préfecture de Gifu). Ce secteur a été rendu célèbre par l'écrivain Tôson Shimazaki, qui a fait la chronique des effets de la restauration de Meiji sur la vallée dans son roman Yoake Mae (« Avant l'Aube »).

Bien qu'une grande partie du Nakasendō n'existe plus sous sa forme historique, son trajet est aujourd'hui suivi par des routes modernes. Dans l'ordre, il y a :

  • Route 17: de Tokyo à Takasaki (Préfecture de Gunma)
  • Route 18: Takasaki à Karuizawa (Préfecture de Nagano)
  • Route 142: Saku à Shimosuwa (Préfecture de Nagano)
  • Route 20: Shimosuwa à Shiojiri (Préfecture de Nagano)
  • Route 19: Shiojiri à Ena (Préfecture de Gifu)
  • Route 21: Mitake (Préfecture de Gifu) à Maibara (Préfecture de Shiga)
  • Route 8: Maibara à Kusatsu (Préfecture de Shiga)
  • Route 1: Kusatsu à Kyoto

Galerie

Estampes d'Hiroshige


Nihon97.jpg
Nihonbashi, point de départ de la route, au sud d'Edo.


hirosh04.jpg
Ômiya, station 4


hirosh35.jpg
Narai, station 34

hirosh37.jpg
Kiso-Fukushima, station 37


hirosh38.jpg
Agematsu, station 38


hirosh44.jpg
Ochiai, station 44


hirosh45.jpg
Nakatsugawa, station 45

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique