Momoyo Torimitsu

Un article de Nezumi.

Momoyo Torimitsu ( 鳥光 桃代 Torimitsu Momoyo ) plasticienne contemporaine japonaise née en 1967.

Elle est diplômée en 1994 de la Tama Art University (université de Tokyo)

Depuis 1996, elle vit et travaille à New-York, avec de fréquents voyages à Paris et Tokyo.

Dans un style très personnel, quelquefois ludique, mais avec une gravité certaine, elle représente les angoisses des "salaryman" japonais, dans un contexte de crise interminable. Elle détourne aussi les codes de la culture Kawaï, pour mieux représenter de façon colorée de sombres préoccupations.

Quelques œuvres

  • 1994-2001 Jiro Miyata, installations et performances
    Cette première réalisation impressionne d'emblée la critique contemporaine: Un japonais en costume gris rampe sur le sol, c'est Jiro Miyata. Ce robot anthropomorphe hyperréaliste représente un employé de bureau modèle et il ne sait faire qu'une chose : ramper. Lors de ses performances, Momoyo Torimitsu est habillée tout en blanc, et joue le rôle d'une infirmière dévouée, accompagnant Jiro Miyata pour le remettre dans le droit chemin lorsqu'il s'en va de biais, l'aidant à traverser la rue, lui remettant ses lunettes, et surtout, prête à changer ses batteries. L'autonomie de Miyata est assez limitée et les moments les plus troublants sont ceux où la belle infirmière déshabille son robot, puis, à l'aide d'un grand tournevis, lui ouvre le dos, en extirpe la batterie usagée pour la remplacer par une batterie neuve. Opération incongrue tout à fait émouvante et figurant la métaphore de l'artiste comme infirmière guidant les salariés et leur redonnant de l'énergie.
  • 2000-2001: Somehow I don’t feel comfortable Installation Galerie Xippas, Paris
    Momoyo Torimitsu réalise une œuvre dont le titre pourrait se traduire par « En fait, je ne me sens pas à l’aise ». Les deux gigantesques lapins roses qui la composent, pourtant si souriant et kawaii, laissent une impression d’étouffement, de suffocation. En plus d'intimider par leur taille, près de trois mètres de hauteur, les deux énormes ballons gonflables roses sont réalisés et disposés de façon à être écrasés entre le sol et le plafond afin qu’ils cachent le reste de la salle d’exposition et gênent la circulation. Ils sont accompagnés de dessins qui les montrent une fois dégonflés, ils ressemblent alors à des bêtes d’abattoir dépecées. L' œuvre est la représentation d’un cliché dénoncé : une forme d’innocence et de naïveté concentrée dans « l’esprit kawaï » sont cruellement mis à nu. La taille disproportionnée de ces jouets pour enfants renvoie au malaise des Japonais face à leur incapacité à se libérer tant physiquement qu’intellectuellement des carcans sociaux.
  • 2001 : Made in Sumida : Projet dans le quartier de la Sumida river à Tokyo. La production finale intégre des vidéos, ainsi que des installations d'objet artisanaux
  • 2004 : Inside Track, installation, New-York
    Ce projet multimédia met en scène trois robots grandeur nature animés. Ce sont des hommes d'affaire, l'un japonais, l'autre américain et le troisième européen. Ils représente la compétition économique acharnée que se livrent les multinationales. Ces robots sont accompagnés de vidéos et de photos géantes des visages des trois compétiteurs, cadrés à la manière des photos de rapport d'activité des grandes entreprises
  • 2004 : Kinô wa kinô kyô, never forever Fuchu art museum, Tokyo
  • 2004-2007 : Horizons, Installation
    L'artiste réalise cette œuvre au début de la Guerre en Irak. Une centaine de figurines GI Joe's, animées par des piles, rampent sur une vaste carte, figurant des pays et leur activité économique. Ces figurines sont toutes habillées en hommes d'affaire, dénonçant ainsi la collusion entre stratégie militaire et stratégie économique.
  • 2006 : The Garden Party, Dietch project New-York (œuvre collective)
  • 2007 : Making a home Installation
    Un hall de réception de bureaux à l'européenne. Plafonds bas, murs de dalles en linoléum, comptoir de réception superbement décoré, et vidéo d'un cadre exténué par ses interminables heures de travail, un "salary man" japonais toujours nommé Jiro Miyata.

Galerie

Image:Torimitsu94.jpg

Performance autour de Jiro Miyata; 1994-2001


Image:Torimitsu00.jpg

Somehow I don’t feel comfortable, Installation 2000-2001

Image:Torimitsu1.jpg

Inside Track; Installation 2004


Image:Torimitsu07.jpg

Horizons, Installation 2007

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique