Michael Lin

Un article de Nezumi.

Michael Ming Hong Lin est un plasticien contemporain taïwanais, né à Tokyo en 1964; actuellement il vit et travaille à Taiwan.

Il quitte très jeune Taiwan pour les États-Unis où il étudie le design. De retour en 1993, il commence à utiliser des textiles imprimés de motifs floraux issus des traditions japonaise et taiwanaise. Michael Lin en fera la base de son travail.

L'œuvre

La peinture de Michael Lin trouve son épanouissement dans l’ornementation et la relation à l’architecture. Ses motifs géants utilisent l’espace mis à sa disposition pour se décliner sur les murs, les sols et les meubles et créer des installations qui invitent le visiteur à y pénétrer. Ses motifs floraux procèdent du décoratif, assumé comme tel. Ses fleurs acidulées surdimensionnées sont proches formellement de l'esthétique pop.

Qualifiant son travail de « banal », Michael Lin explique qu’il induit une implication physique du spectateur: il s’agit moins d’une peinture à contempler que d’un espace à occuper. « Quand on regarde un tableau, on est concentré et debout, alors que la relation qui s’établit avec mes œuvres est plus physique. Elle relève plus de la relation qu’il y a entre vous et votre canapé que de celle qui peut exister entre vous et une peinture.». Son travail reflète également le climat socioculturel des années 1980 et 1990 dans un Taiwan en quête de son identité.

Travaux

Michael Lin est intervenu dans les biennales internationales de Taipei (2000), Istanbul (2001), Biennale de Venise (2001) et de Liverpool (2002).

  • En 2002, il réalise pour le palais de Tokyo un sol peint d'environ 250 m². Il expose régulièrement en Asie, en Europe et aux États-Unis.
  • 2004 Aménagement d'un espace de détente au Musée d'art contemporain de Kanazawa
  • 2004 Aménagement d' un restaurant du MoMA
  • 2006 Notre histoire... au Palais de Tokyo
  • 2009 : Biennale de Lyon 2009, Le Spectacle du quotidien
    L’artiste expose What a Difference a Day Made, une installation qui intègre musique, vidéo et performance et synthétise une entité très précise : celle d’une épicerie de Shanghai dont Lin a acheté l’intégralité des marchandises. Une fois jouées par les acrobates, et cataloguées et archivées par l’artiste, ces marchandises aux évidentes qualités formelles sont présentées dans des caisses en bois qui constituent un cadre.

Galerie

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique