Les Ferrère

Un article de Nezumi.

Les Ferrère sont un famille de sculpteur, de style baroque pyrénéen, originaire d'Asté (Canton de Campan)

Ils ont exercé leur art dans les Hautes-Pyrénées, de 1647 à 1800

La dynastie

Jean Ferrère, ( 1620-1705), premier du nom, dit Jean I Ferrère, réalise du mobilier baroque dès 1647.

Originaire de Troubat en Barousse, Jean Ferrère fonda la dynastie en installant son atelier à Asté. Très vite il sut se créer dans la vallée de l’Adour et celle d’Aure, une importante clientèle, en proposant une formule relativement nouvelle dans la région, le retable tripartite souligné par quatre colonnes torses et dominé par des éléments sculptés. Auteur d’oeuvres baroques populaires, il s’impose surtout par la qualité et la diversité des éléments décoratifs ( angelots, cartouches, fruits..). Mais c’est surtout dans l’art du tabernacle que Jean Ferrère va laisser les plus belles créations.

Son fils Marc Ferrère(1674-1758), le cadet de ses 8 enfants, lui succède en 1706, et développe l’atelier. Il maintient la structure architecturale mise à la mode par son père en se conformant aux évolutions des styles parisiens, c'est à dire en adoptant un style plus sobre, insiré du classicisme. au cours de sa vie il connaîtra Louis XIV, la Régence et Louis XV. Mme Legrand, spécialiste locale des Ferrère note :  » aux lourdes chutes de fruits et de fleurs se substituent, de minces rameaux au naturel, aux roses le plus souvent des cornets de feuillages enfilés, des branches de lauriers entrecroisées ».

Marc aura lui aussi huit enfants et ses deux cadets, Jean II et Dominique (1723-1808) vont maintenir l’activité de l’atelier d’Asté.

Jean II Ferrère (1718-1795), tout en continuant la tradition familiale, amorce une évolution de la structure du retable (en particulier à Salles Adour et Auriébat) que son frère après un séjour parisien, va développer en arrondissant le retable jusqu’au baldaquin (Montfaucon, Andrest). Dominique sera aussi le premier à introduire dans cette dynastie de sculpteurs sur bois, l’usage du marbre, dont l’abondance locale n’avait jusque là pas trouvé place dans le mobilier religieux à l’exception notable de la cathédrale de Tarbes.

Dominique Ferrère (1723-1808) est le dernier représentant de la dynastie. Alors que son frère reste à Asté, Dominique préfère s'installer à Tarbes.

Autour des Ferrère l’émulation va gagner (familles Soustre, Brunelo) mais ils resteront les maîtres du retable et du tabernacle local.

Leur art, baroque, emprunt de théâtralité produit des retables dorés à l’or fin et chargé à souhait. Face aux angelots et aux colonnes torsadées, on trouve les symboles de l'Eglise. Aucun centimètre n’est laissé vacant et on remarque les messages cachés du croissant de lune ou de la corbeille de fruits.

Ils ont laissé un formidable patrimoine religieux avec de grands retables qui couvrent tout le fond des absides, d'autres plus petits dans les chapelles latérales, des tabernacles, des autels tombeaux. On y voit l'évolution des modes artistiques sur les colonnes par exemple, qui sont d'abord torses, puis qui deviennent lisses. Ils utilisent des gravures comme sources d'inspiration et on voit qu'ils étaient au courant de ce qui se faisait en Italie ou à Paris.

Dans toute la Bigorre, les fonts baptismaux sont enfermés dans des armoires dont ils ont sculpté les portes. On peut voir aussi des chaires, des autels, des lutrins, de très nombreuses statues.

Ils ont également sculpté des objets profanes : des rampes d'escaliers avec de belles pièces très ouvragées au départ de la rampe, quelques cheminées, des linteaux de portes et même une jambe de bois, en ce qui concerne Jean II.

La Maison des Ferrère et du Baroque Pyrénéen, installée au centre du village d'Asté, en face de l'église, retrace l'histoire locale de l'art baroque.

Leurs œuvres

De Jean I :

  • Tabernacles ou retables de Bourisp, Guchen , Esparros, Vielle Adour et Pouzac.

De Marc

  • Retable de l'église de Campan
  • Retable Notre Dame des Cinq Plaies de l'église Saint-Jean-Baptiste de Montréjeau.
  • Retable de l'église Saint-Michel de Montaner
  • Retable et tabernacle de l'église de Beaudéan
  • Tabernacle de l'église d'Orignac
  • Chaire de la collégiale d'Ibos
  • Églises de Bazet, Caixon, Ponson-Dessus

De Jean II

  • Mobilier baroque de l’église Saint Martin à Antist
  • Retable de l'église d'Asté
  • Églises de Salles Adour et Auriébat

De Dominique

  • Retable de l'église Saint-Martin de Lasserre
  • Chaire de l'église Saint Barthélemy d'Andrest
  • Autel majeur de la chapelle du Lycée Théophile-Gautier à Tarbes
  • Buffet de l'orgue de l'ancienne cathédrale St Fulcran de Lodève
  • Églises de Artagnan, Montfaucon et Séméac

Galerie

aste9206.jpg

Tabernacle de Bourisp par Jean Ier


aste2007.JPG

Retable d'Asté, signé Jean II Ferrère


antist97.jpg

Retable de l’église Saint Martin à Antist , signé Jean II Ferrère


campan9958.JPG

Retable de Campan, signé Marc Ferrère

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique