Lama (animal)

Un article de Nezumi.

Classification classique
Lama
phylum Chordata
sous-embranchement Vertebrata
classe Mammalia
infra-classe Eutheria
ordre Artiodactyla
famille Camelidae
genre Lama (genre)
Lama glama
Carl von Linné, 1758


Différentes sujets portent le même nom; voir la page d'homonymie : lama

Le lama blanc ou lama (Lama glama) est un camélidé domestique d'Amérique du Sud. Le terme « lama » est souvent utilisé de manière plus large pour s'appliquer aux quatre espèces animales proches qui constituent la branche sud-américaine des camélidés : le lama blanc lui-même, l'alpaga, le guanaco et la vigogne (voir pour cela le genre lama).

Sommaire

Utilité du lama

Avant le débarquement des Espagnols sur le continent sud-américain, le lama y était le seul animal domestique. Utilisé comme bête de somme, il était aussi très prisé pour sa fourrure et sa viande, mais sa charge maximale étant d'une vingtaine de kilos, il ne peut être monté.

Le lama est utilisé à travers le monde comme animal de bât, mais aussi pour l'encadrement et la protection des ovins ou des caprins et pourrait fournir une solution écologique pour tenir à distance les chiens errants, les loups ou les ours

Le lama réagit agressivement envers les animaux qui s’approchent d’un troupeau (chiens, coyotes, renards, loups).
Les lamas qui pèsent entre 115 et 225 kg peuvent facilement effrayer les loups.
Le lama émet des cris d’alarme aigus et pourchasse les prédateurs en s’interposant entre le troupeau et le prédateur.

Lama domestique au Col du Tourmalet
Lama domestique au Col du Tourmalet

Comme le chien le lama doit avoir noué des liens étroits avec les moutons. On place d’abord le lama près des brebis, dans un enclos séparé. Dès que les brebis se sont habituées à sa présence, on laisse le lama entrer dans l’enclos des brebis. Peu à peu le lama adoptera sa nouvelle famille en adoptant des comportements doux avec les moutons. Il devient alors un compagnon très protecteur et défend son territoire et le troupeau avec énergie.

Aux États-Unis où les grands prédateurs ne sont pas rares (ours, pumas), les lamas sont connus pour prévenir les bergers en cas d'attaque : le lama va signaler le danger en poussant le cri d'alerte : une sorte de hennissement que l'éleveur reconnaît parfaitement. Tous les éleveurs qui utilisent des lamas aux États-Unis confirment l'arrêt presque total des mortalités dues aux prédateurs depuis qu'ils y ont introduit leur lama, et certains attestent de la reprise de cette mortalité lorsque, pour une raison ou une autre, ils ont enlevé le lama.

Classification

Les premiers écrits concernant le lama le comparent généralement au mouton. Pourtant, on s'aperçut très vite de sa parenté avec le chameau, et donc avec les camélidés.

Les paléontologistes Joseph Leidy, Edward Drinker Cope et Othniel Charles Marsh ont interprété la découverte d'espèces disparues de l'ère tertiaire sur le continent américain, qui apporte des lumières sur l'apparition de cette famille et leurs relations avec les autres mammifères. À l'origine, les lamas n'étaient pas cantonnés à la partie du continent américain située au sud du canal de Panama comme ils le sont de nos jours. On en a découvert de nombreuses traces datées du pléistocène dans la région des montagnes Rocheuses ainsi qu'en Amérique centrale, dont certains beaucoup plus grands que les spécimens actuels. De nombreux animaux apparentés aux chameaux, montrant des mutations génétiques et une série progressive de changements, y ont été découverts dans des strates allant du pliocène au début du miocène.

Caractéristiques

Le crâne ressemble généralement à celui du chameau, sa taille plus réduite expliquant la cavité crânienne et les orbites relativement plus développées et les cloisons crâniennes plus modestes. Les os nasaux sont plus courts et plus larges, rejoints par la prémaxillaire.

Les oreilles sont plutôt longues et arrondies. Il n'y a pas de bosse dorsale. Les pieds sont proches, les doigts de pieds sont plus séparés que chez les chameaux, et possèdent chacun leur voûte plantaire distincte. La queue est courte, et la fourrure longue et laineuse.

La denture des adultes est la suivante:
1.1.2.3
3.1.2.2

pour un total de 32 dents.

Dans la mâchoire supérieure on trouve un inciseur pointu et aiguisé au bord de la prémaxillaire, suivi d'une véritable canine pointue, incurvée et de taille moyenne sur la partie antérieure de la maxillaire. La prémolaire isolée ressemblant à une canine que l'on retrouve chez les chameaux n'est pas présente. Les molaires qui sont en contact les unes avec les autres sont deux très petites prémolaires (la première étant très rudimentaire) et trois molaires larges, construites généralement comme celles des autres camélidés. Dans la mâchoire inférieure, les trois incisives sont longues et en forme de spatule ; les extérieures sont les plus petites. À côté de celles-ci, il y a une canine courbée, suivie après un intervalle d'une simple prémolaire conique ; puis une série continue composée d'une prémolaire et de trois molaires, qui diffèrent de celles du chameau par une petite colonne formée sur le bord extérieur antérieur.

Le lama hennit. Le lama crache pour sa défense. Ce crachat est constitué de régurgitations gastriques. C'est un animal qui rumine mais n'est pas classé parmi les ruminants.

Références ITIS

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique