Lac Biwa

Un article de Nezumi.

Afficher la carte de ce lieu

Le lac Biwa (琵琶湖, Biwa-ko) est le plus grand des lacs d'eau douce du Japon, situé au centre de la préfecture de Shiga, au nord-est de Kyôto. En raison de sa proximité des anciennes capitales de Nara et Kyōto, le lac est souvent cité dans la littérature japonaise, en particulier la poésie et les récits de batailles.

Biwa, instrument de musique

Le lac tire son nom du biwa (琵琶), instrument ancien, sa forme sur les cartes rappelant celle de cet instrument à corde.

Le biwa est un luth à manche court japonais d'origine chinoise où il est appelé pipa (琵琶). Les plus anciens instruments conservés datent du VIIIe siècle, époque de l'apport de la culture chinoise au Japon. Il est l'instrument de la déesse Benzaiten.

Le corps est entièrement taillé dans un seul bloc de bois dur piriforme scindé en deux pour être évidé, puis collé. Le manche n'est que le prolongement du corps et comporte trois ou quatre frettes inamovibles et hautes. Le chevillier est presque à angle droit avec des chevilles traditionnelles imposantes. Le chevalet plat est massif. On incruste traditionnellement des morceaux d'ivoire ou d'argent sur la table d'harmonie.

Types de biwa :

- période classique :

  • Gagaku biwa (雅楽琵琶) ou gakubiwa (楽琵琶) : à quatre cordes et quatre frettes, utilisé dans la musique impériale, le gagaku. Le plectre est petit, fin et très dur (ivoire).
  • Mōsō biwa (盲僧琵琶) : à quatre cordes (mi - si - mi - la) et quatre frettes, utilisé pour les mantras bouddhistes. Il en existe des versions à cinq et six frettes accordées différemment. Le plectre est variable.

- période Edo :

  • Heike biwa (平家琵琶) : à quatre cordes (la - do - mi - la) et cinq frettes utilisé pour accompagner l'épopée Heike Monogatari ; on parle alors de Heikyoku. Le plectre est large.
  • Satsuma biwa (薩摩琵琶) : à quatre cordes (la - mi - la - si) et quatre frettes répandu dans la région de Satsuma (Kagoshima) et utilisé pour la récitation épique. Son plectre est le plus large, à la manière d'un éventail, et a pu servir d'arme.

- période moderne :

  • Chikuzen biwa (筑前琵琶) : à quatre cordes (si - mi - fa# - si) et quatre frettes ou cinq cordes (mi - si - mi - fa# - si) et cinq frettes, utilisé par les femmes, car sa taille est réduite ainsi que son poids. La résonance est accentuée par une table d'harmonie en paulownia. Le plectre est de taille moyenne.
  • Nishiki biwa (錦琵琶) : à cinq cordes (do - sol - do - sol - sol) et cinq frettes utilisé par Suitō Kinjō. Son plectre est le même que celui du Satsuma.

Jeu

Le musicien, en kimono, joue à genoux sur un zabuton, dans la position seiza. L'instrument est soit posé horizontalement sur les genoux, le manche orienté vers la gauche, soit posé en oblique sur les genoux, le manche reposant sur l'épaule gauche.
Le très large plectre (bachi) en forme d'éventail, en bois très dur, est tenu à pleine main. Il a non seulement un rôle mélodique mais aussi rythmique puisqu'il peut mettre en vibration plusieurs cordes successivement. En outre, il a une fonction percussive, car on le plaque très souvent de manière violente et sonore contre la table d'harmonie, ce qui produit un son claqué très sec. Il peut aussi être frotté contre les cordes et produire ainsi des effets de crissement intégrés à la musique.

Lac Biwa

Le lac Biwa (琵琶湖, Biwa-ko) s'étend sur environ 670 km². Les rivières drainent les montagnes entourant le lac, fournissant l'eau potable à 15 millions de personnes dans la région.

Le lac Biwa est le troisième plus vieux lac au monde, après le lac Baïkal et le lac Tanganyika, avec environ 4 millions d'années. Toute son histoire est retracée dans le musée d'histoire naturelle du lac Biwa, à Ōtsu. Ce long temps au cours duquel le lac ne s'est jamais asséché a permis la création d'un écosystème varié. Les scientifiques ont répertorié 1100 espèces vivantes dans le lac, dont 58 espèces endémiques.

La biodiversité du lac a néanmoins souffert depuis quelque temps avec l'introduction de poissons carnassiers.

Plusieurs lois environnementales s'appliquent au lac : Mis en place en 1981 et renforcé le 1er juillet 1982, qui est devenu le jour du Lac Biwa, les caractéristiques de ce traité sont l'établissement de normes préfectorales pour l'utilisation du nitrate et des phosphates dans l'agriculture, l'industrie, et les eaux domestiques se déversant dans le lac.

Le lac a été désigné en 1993 par l'Unesco comme une zone humide à protéger.

Les colonies de roseaux du lac fixent le trait de côte. Le rôle des roseaux est considéré comme très important pour la purification des eaux et pour la conservation de l'habitat des oiseaux et des poissons. La grande colonie ancestrale de roseaux a été réduite de moitié ces dernières années. L'ordonnance, mise en œuvre pour la protection des colonies de roseaux, est en activité depuis 1992.

biwa1.jpg

Perles Biwa

Le lac Biwa a donné son nom à une qualité particulière de perle d'eau douce. Ces perles sont cultivées depuis le XIIIe siècle en Chine, par l'introduction de boue ou de bois, ou de perles ratées, dans des moules d'eau douce. Les qualités sont très variables, de laiteuse à brillante. Les tailles obtenues varient entre 2 et 13 mm de diamètre. Les perles nées de cette méthode de perliculture sont composées exclusivement de nacre. Ne possédant pas de noyau pour les guider dans le processus de croissance elles sont par le fait même rarement bien rondes.

Les perles d'eau douce ont connu une grande popularité grâce à leur variété en couleur et forme, mais les plus recherchées sont blanches, brillantes mais irrégulières.

Dans les années 1970 la production du Lac de Biwa a fortement chuté par suite d'une pollution excessive. Les efforts en faveur de l'environnement ont permis une reprise progressive. De plus le label "Perle Biwa" a été étendu à tous les lacs du Japon, en particulier le Lac Kasymigaura.

La perle Biwa est produite actuellement par une moule hybride la Hyriopsis Schlegeli Anadonata/Plicata.

biwa3.jpg

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique