Kumi Oguro

Un article de Nezumi.

Kumi Oguro ( japonais : 尾黒 久美, Oguro Kumi), photographe japonaise, est née en 1972 au Japon; elle vit et travaille à Anvers, Belgique.

Biographie

Kumi Oguro a étudié la photographie au Blake College puis au City of Westminster College de Londres, Angleterre. De 1999 à 2003, elle continue ses études de photographie à la Koninklijke Academie voor Schone Kunsten d'Anvers, puis entreprend un postgraduat “Transmedia, Postgraduate Program in Arts + Media + Design” à la Hogeschool Sint-Lukas de Bruxelles (2003-2005). En 2006-2007, elle étudie à l’Université d’Anvers (filmstudies en Beeldcultuur).

Kumi Oguro a participé à de nombreuses expositions collectives en Belgique, mais aussi au Danemark, en Finlande, en Hollande et en France, où elle a exposé à «Paris Photo» en 2008 pour le compte de la Galerie Esther Woerdehoff de Paris.

Son style

Le travail photographique de Kumi Oguro est ouvertement influencé par le cinéma. Un travail de fin d’études lui a donné l’occasion d’approfondir les rapports, théoriques, historiques, plastiques, entre sa propre photographie et le langage du cinéma. Cette imprégnation n’est pas à proprement parler une dette, elle se nourrit de références, de citations explicites, mais cherche aussi sa propre voie, ses propres marques.

Depuis ses premières expositions et publications, et jusque dans les développements récents de sa série très personnelle «Noise» à présent rassemblée sous la forme cohérente d’un livre, ces rapports comme la mise en scène des lieux, la mise en situation des corps, l'usage expressionniste de la lumière sont devenus plus complexes et plus intéressants. Le jeu théâtral des acteurs, les indices marquants de la présence d’un hors-champ, les effets de tension, les clins d’oeil à la logique des genres sont des champs d'investigation complémentaires de son travail de recherche.

Les photographies de Kumi Oguro sont à la fois exposition et transposition. De petits éléments perturbateurs, une torsion à l’arrière-plan, un déchet inidentifiable, inutilisable au sens de la théorie de la communication, viennent brouiller la limpidité du message primaire identifiable. Cette interférence entre la perception consciente et d’autres choses, d’autres photographies, sollicite les images, à la fois précises et ambiguës, surgies de l'inconscient du spectateur.

Expositions personnelles ou collectives (sélection)

  • 2003 : Blood Sisters, Fotografie Circuit Vlaanderen
  • 2004 : Vitrine, Raamgalerie voor beeldendekunst Bruges, Belgique
  • 2005: Foto Antwerpen 2005, Anvers
  • 2008 : First class hysteric , Soledad Senlle Art Gallery d’Amsterdam, Hollande
  • 2008 : Paris Photo ; Galerie Esther Woerdehoff de Paris
  • 2009 : Noise, L’acouphène et le photon, Espace photographique Contretype, Bruxelles
  • 2010 : International Art Fair Tokyo
  • 2010 : Noise Espace Nadar Osaka

Ouvrages

Voir aussi

Site personnel

Galerie

Autres projets

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique