Kasimir Malevitch

Un article de Nezumi.

Kazimir Severinovitch Malevitch (en russe : Казимир Северинович Малевич ), né à Kiev (Ukraine, Empire russe) le 23 février 1879 de parents d'origine polonaise et décédé le 15 mai 1935 à Léningrad, est un des premiers artistes abstraits du XXe siècle. Peintre, dessinateur, sculpteur et théoricien, Malevitch fut le créateur d'un courant artistique qu'il dénomma « suprématisme ».

Biographie

Après une formation de dessinateur technique à Moscou en 1902, Malevitch développa en autodidacte son œuvre plastique qu'il déclina au cours de sa vie dans une dizaine de styles différents : réalisme, impressionnisme, symbolisme, cézannisme, fauvisme, néo-primitivisme, cubo-futurisme, cubisme alogique, suprématisme, supranaturalisme.

En 1915, il présente à la "Dernière exposition futuriste de tableaux 0,10 (zéro-dix)" tenue à Pétrograd du 19 décembre 1915 au 19 janvier 1916, un ensemble de 39 œuvres qu'il appelle "suprématistes", dont Quadrangle, surtout connu comme Carré noir sur fond blanc qui est considéré comme le premier monochrome de la peinture contemporaine et que Malevitch propulse plus tard zn emblème du suprématisme.

Avec la Révolution de 1917, Malevitch accepte des fonctions institutionnelles comme enseignant et chercheur, et lutte pour la démocratisation.

En 1927, Malevitch part en voyage en Allemagne, il y laisse 70 tableaux et un manuscrit Le Suprématisme ou le Monde sans objet, publié par le Bauhaus.

Artiste prolifique, il ne cessa de peindre tout au long de sa vie.

En 1929, il est traité par le pouvoir soviétique de subjectivisme et de rêveur philosophique. Au cours des années 1930, les besoins du pouvoir soviétique en matière d'art ayant évolué, Kazimir Malevitch est sans cesse attaqué par la presse, et perd ses fonctions officielles, il est même emprisonné. Même si les autorités lui accordent des funérailles officielles en 1935, la condamnation de son œuvre et du courant suprématiste s'accompagna d'un oubli de plusieurs décennies.

Ses travaux

De 1907 à 1935, il participe à 35 expositions d'avant-garde en Russie et à l'étranger.

Parallèlement à son œuvre plastique, Malevitch produit des textes théoriques sur l'art. Une vingtaine d'écrits paraissent entre 1915 et 1930, mais de nombreux manuscrits restent non publiés. Tous ne sont pas directement liés aux seules pratiques artistiques : ainsi par exemple, La Paresse comme vérité effective de l'homme, écrit en 1921 et publié aux éditions Allia en 1995 en langue française, texte révolutionnaire dans la mesure où le communisme lui-même y apparaît dépassable.

Les paysages et les scènes de la vie quotidienne présentent souvent une dominante du rouge et du vert, couleurs que l'on retrouve également dans certaines icônes orthodoxes. Les gouaches des années 1910-1911 sont influencées par le fauvisme mais aussi par le néo-primitivisme et le protocubisme. Dans les années 1912-1913, il produit des toiles cubistes et futuristes.

En 1915, Malevitch peind trois éléments qu'il inclura plus tard parmi les symboles fondateurs du suprématisme : le Carré noir, la Croix noire et le Cercle noir.

Maniant des formes simples à caractère géométrique et unicolores disposées sur la toile ou érigées dans le réel (architectones), le suprématisme montre le caractère infini de l'espace, et la relation d'attraction et de rejet des formes.

Pour Malevitch, l'art est un processus amenant la sensation, c’est-à-dire le rapport de l'artiste au monde, à se concrétiser en œuvre grâce à un module formateur étranger au support, « l'élément additionnel », qui structure la masse picturale ou les matériaux. Il introduit le concept d'élément additionnel dans ses écrits des années 1920, ainsi que dans son enseignement. Suivant son appellation, le suprématisme se pose comme modèle supérieur de la finalité artistique d'art pur, dominant et formant dans son sillage l'art appliqué. C'est sur la conception du rapport de l'art pur à l'art appliqué que Malevitch entre en conflit avec les constructivistes.

Œuvres (sélection)

  • Toit rouge (1906), où on reconnaît l'influence de Monet.
  • Autoportrait (1908-1910).
  • Composition suprématiste (1910) - MoMA.
  • La Rentrée des moissons (1911) - Stedelijk Museum, Amsterdam.
  • Frotteurs de parquet (1911) - (gouache sur papier inspiré de la toile de Caillebotte).
  • Le Matin à la campagne après l'orage (1912) - Musée Solomon R. Guggenheim, New York.
  • Le faucheur (1912) - Musée national des Beaux-Arts, Nijni-Novgorod.
  • La Victoire sur le soleil (1913), série de dessins
  • Le Fossoyeur (1913), aquarelle où apparaît le premier carré noir.
  • Soldat 1er division (1914) collages
  • Eclipse partielle avec Monna Lisa (1914) Composition avec la Joconde - (attentat contre le célèbre tableau, il annonce le dadaïsme).
  • Carré noir sur fond blanc (1915)
  • Carré blanc sur fond blanc réédition de la toile de 1915 (1918).
  • Les Architectones (1923), constructions blanches constituées d'éléments collés à base cubique.
  • Paysanne au visage noir (1930), en forme de cercueil.
  • La Charge de la cavalerie rouge (vers 1932)
  • Maison rouge (1932), une prison aux murs aveugles pour montrer la souffrance russe.
  • Pressentiment complexe ou Buste avec une chemise jaune (1932)

Galerie

Malevitch01.jpg

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique