Kôichi Kurita

Un article de Nezumi.

Kôichi Kurita ( japonais : 栗田 宏一 , Kurita Kōichi), plasticien contemporain japonais né en 1962 à Yamanashi. Il vit et travaille à Yamanashi.

Biographie

Depuis 1986, Kôichi Kurita constitue une extraordinaire bibliothèque de terres constituée de milliers de poignées de terre prélevées pas à pas dans son archipel nippon qu’il arpente et explore comme les grands voyageurs naturalistes pour collecter ce substrat de la vie. Il a collecté plus de 25 000 échantillons, matière première de son travail artistique. Comparable à une performance, l'élaboration de ses œuvres demande une intense concentration et rappelle la confection des mandalas de sable par les moines bouddhistes.

Cette passion pour la terre remonte à son plus jeune âge. Enfant déjà, Kurita collectionnait les fragments de poteries de l'époque Jômon, vieux de plus de 5000 ans, qu'il ramassait dans la campagne de Yamanashi, département limitrophe de Tôkyô où il est né. Il étudie la joaillerie dans une école spécialisée, puis se rend à Tôkyô pour travailler dans le façonnage des métaux. Il abandonne rapidement cette voie et devient un temps danseur de butô.
En 1986, il entreprend un long périple qui le mènera en Inde, au Népal, en Afrique. Il prend alors l'habitude de scotcher des pincées de terre sur les cartes postales qu'il envoie à ses amis ou à ses collectionneurs. La terre occupera dès lors une place prépondérante dans sa production artistique. Il a depuis présenté ses élégantes installations dans différentes galeries de Tôkyô et de Kyôto, exposé au Musée d'art contemporain de Hiroshima.

Kôichi Kurita donne à voir la Terre primordiale et nourricière depuis 4 milliards d’années, où germe et s’enracine la vie, sa diversité géologique et sa beauté, que l’on foule chaque jour sans jamais vraiment la regarder.

Déclarations

  • Notre monde est fait de quatre éléments, dit-il, mais pour nous, bouddhistes, les éléments sont cinq, dit-il : la terre, l’eau, l’air, le feu et le vide. Le sol n’est pas pur, ajoute-t-il, mais est déjà mêlé d’homme et de nature, d’organique et d’inorganique. et Même un haïku (quinze syllabes en trois vers), peut contenir les cinq éléments.
  • L’unité de mesure, c’est la poignée de terre, chaque poignée c’est tenir dans sa main le cosmos. Et chaque nuit de pleine lune, où que je me trouve, je collecte une pierre.

Expositions (sélection)

  • 2003 Biennale de Kyôto
  • 2004 Petites natures ? Maison de la culture du Japon, Paris
  • 2005 Église Saint-Pierre de Melle Terre de France et de Poitou-Charentes 2e Biennale internationale d'art contemporain de Melle
  • 2007 Musée Sainte-Croix de Poitiers. 400 terres exposées
  • 2008 Soil Library ArtCort Gallery Osaka Japon
  • 2009 Abbatiale cistercienne de Noirlac, Terres du centre - Centre de la terre 1 000 terres de la Région Centre.
  • 2010 Soil Library Setouchi International Art Festival, Japon
  • 2011 Innocence : Terre de Fukushima 5e Biennale internationale d'art contemporain de Melle
    (il déclare : Cette terre a été collectée avant le séisme, avant le tsunami, avant l’accident nucléaire de Fukushima. Ne soyez pas inquiet. Cette terre de Fukushima n’est pas polluée. Je l’ai collecté en 2001 à Fukushima. L’œuvre s’intitule Innocence. Le crime est humain. La Terre est innocente.)
  • 2011 Musée d'art contemporain de Tôkyô
  • 2012 Île à Île, terre à terre, Île d'Oleron
  • 2014 Notre terre, votre terre, Abbaye de Maubuisson, Val-d’Oise
    • Bibliothèque de terres /Île de France. domaine de Chamarande, Essonne
  • 2015 Biennale de Melle 2015

Galerie

Kurita01.jpg
Biennale de Melle 2011

kurita02.jpg

kurita03.jpg
Domaine de Chamarande, 2014

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique