Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

Un article de Nezumi.

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige sont des plasticiens contemporains et des cinéastes libanais.

Biographie et œuvre

Joana Hadjithomas (le 10 août 1969) et Khalil Joreige (le 26 septembre 1969) sont nés à Beyrouth et ont grandi pendant la Guerre du Liban. Ils collaborent depuis le début des années 1990 sur des vidéos, des films, des photographies et des installations. Ils n'ont jamais poursuivi d’études d'art ou du cinéma, mais ont commencé leur pratique à la suite de la longue guerre civile libanaises. S'inspirant de documents trouvés, d'archives personnelles et d'expériences poétiques, leur travail tente de révéler les non-dits de l'histoire, une forme de résistance à l'histoire dominante et officielle, déplaçant le regard vers des situations politiques et complexes.

Leurs œuvres sont le résultat de projets de recherche à long terme et tissent des liens thématiques, conceptuels et formels à travers des photographies, des installations vidéo et des films.

Ils s’inspirent parfois des événements familiaux tels que le kidnapping et la disparition de Alfred Junior Kettaneh, l’oncle de Joreige, ou les origines paternelles de Hadjithomas, cependant, l'aspect autobiographique de leur art est plus souvent implicite.

Hadjithomas et Joreige sont également professeurs d'université et auteurs de nombreuses publications et performances. Ils sont également membres actifs du conseil d'administration de Metropolis Cinema et cofondateurs d'Abbout Productions avec Georges Schoucair.

Que ce soit dans le cinéma, l'écriture ou l'installation, leur travail questionne la fabrication d'images et de représentations, la construction d'imaginaires et l'écriture de l'histoire. Leur travail tente de révéler les non-dits de l'histoire. Certains thèmes se reproduisent tout au long de leur œuvre: la relation entre la fiction et l'histoire, l'importance de l'écriture de l'histoire, la construction des imaginaires, l'émergence de l'individu au sein de la société communautaire, les traces de l'invisible et l’absent et sa relation avec l’image filmée et photographique.

Les projets artistiques de Hadjithomas et Joreige s’étendent souvent sur plusieurs années, et ils sont connus pour leur tendance à revisiter et reformuler leurs travaux précédents après un moment de rétrospection. L'importance de la recherche dans leur travail est telle qu'ils préfèrent se décrire non pas comme des artistes mais plutôt comme des «chercheurs». Ils se sont intéressés à un projet spatial oublié dans le monde arabe mais aussi sur la virtualité des escroqueries sur Internet et des spams pour interroger les croyances, les imaginaires de corruption et l'historiographie du monde.

Joanna%2Bkhalil.jpg

Lauréats en 2017 du Prix Marcel Duchamp, Hadjithomas et Joreige présentent Unconformities au Centre Pompidou à Paris. L'installation est constituée de carottages, des échantillons des matières naturelles et humaines prélevées entre 2014 et 2017, qui révèlent les mondes souterrains de trois villes omniprésentes dans l'histoire et la pensée des artistes: Athènes, Paris et Beyrouth. Le projet questionne les récits et les représentations possibles de l'histoire, où les échantillons de base ne sont pas seulement une succession de strates, mais aussi des actions et des événements qui combinent des époques et des civilisations différentes. Les vestiges et les transformations invisibles sont rendus visibles. Ces recompositions poétiques révèlent à la fois des mouvements géologiques catastrophiques et régénératifs, ainsi que le cycle constant de construction et de déconstruction que les villes subissent, chaque civilisation utilisant les pierres du dernier.

Hadjithomas et Joreige ont également décrit ce projet comme une interrogation de l'ère de l'Anthropocène.

Filmographie

Voir Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

Expositions (sélection)

Entretiens

Vous êtes plasticiens et cinéastes. Le cinéma, par sa nature industrielle et par ses modes de production, présente un certain nombre de contraintes. Pourquoi décidez-vous néanmoins de faire d’une idée, d’un concept, un film?

  • Joana Hadjithomas: On part d’une idée et on discute. De ces discussions peuvent émerger d’autres idées qui prendront formes dans des installations ou des vidéos, puis l’idée du départ peut revenir sous la forme d’un personnage qui s’impose à nous. Une histoire se met lentement en place et on aboutira alors à un scénario. Dans Perfect Day par exemple, l’idée du fils qui était atteint du syndrome d’apnée du sommeil était un tel point de départ. Notre processus de création n’est jamais linéaire. Il suit des trajectoires circulaires qui font que des idées se croisent et s’entrecroisent.

Quel est justement votre rapport au scénario?

  • Joana Hadjithomas: Nous écrivons un scénario qui a une forme classique, mais nous ne le considérons pas comme quelque chose de fixe. Entre le moment où nous proposons notre scénario aux producteurs et celui où nous nous mettons à tourner, plus d’une année s’est écoulée. Durant cette période, les choses ont changé, nous avons changé et il est donc normal que le scénario change aussi.
  • Khalil Joreige: Notre approche est singulière, car nous ne le donnons pas aux acteurs. Chacun a une vision globale de son personnage. Chacun sait aussi ce qu’il doit faire dans une scène précise, mais il ne sait pas ce que l’autre acteur est censé faire ou répondre. Nous ne voulons pas que les personnages fonctionnent selon leur psychologie, mais nous voulons permettre des accidents.
  • Joana Hadjithomas: C’est important pour sentir que l’on n’est pas dans la fabrication d’un produit. Ces accidents nous permettent de croire en ce que l’on fait, car s’il est important que les spectateurs y croient, il est tout aussi important que nous nous y croyons.

Galerie

joreig4366.JPG
Unconformities
joreig9876.JPG
Boxes

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique