Jimmie Durham

Un article de Nezumi.

Jimmie Durham plasticien contemporain américain, d'origine Cherokee, né en 1940, à Washington, Arkansas; sculpteur, essayiste et poète, vivant actuellement en Europe.

Biographie et œuvre

Jimmie Durham a commencé ses travaux dans le théâtre, la performance et la littérature liée au mouvement des droits civiques américain dans les années 1960. Sa première exposition solo en tant qu'artiste visuel s'est tenu à Austin, au Texas, en 1968. Né dans une famille de sculpteurs, Durham affirme qu'il "a fabriqué des objet avant de savoir parler".

Durham a déménagé à Genève, en Suisse en 1969 où il a étudié à l'École des Beaux-Arts avant de revenir aux États-Unis en 1973 pour sa participation à l' American Indian Movement (AIM). De 1973 à 1980, il a travaillé comme organisateur politique avec AIM, devenant membre du Conseil central du mouvement. Il a également travaillé comme directeur du Conseil international des traités indiens et représentant au Nations Unies.

Lorsque l'AIM se disperse, à la fin des années 1970, Durham se tourne vers les arts plastiques, la création de sculptures qui contestaient radicalement les représentations conventionnelles des Indiens d'Amérique du Nord. Il a exposé et publié des essais, il était le directeur de la Fondation pour la communauté d'artistes de New York. En 1983 West End Press publie Columbus Day, un livre de poèmes et en 1988, sa poésie a été également incluse dans l'Anthologie de la poésie amérindienne Century 20 de Harper.

En 1987, Durham déménage à Cuernavaca , au Mexique, puis en Europe en 1994. Pendant son séjour au Mexique, Durham a exposé, notamment à la Whitney Biennale , la Documenta IX , Institute of Contemporary Arts , Londres, Exit Art et le Palais des Beaux-Arts, Bruxelles. Il a également publié un certain nombre d'essais dans des livres et des périodiques, Forum Art , Art Journal (CAA) et Third Text . En 1993, un recueil de ses essais, Un certain manque de cohérence, a été publié par Kala Press.

Depuis son arrivée en Europe, le travail de Durham a porté principalement sur la relation entre l'architecture, la monumentalité et les récits nationaux. Ses sculptures, ses spectacles et ses vidéos cherchent à provoquer des associations métaphoriques avec la monumentalité, la stabilité et la permanence. Pour réaliser Saint-Frigo (1996), il jette contre cet objet de la vie courante des pierres tous les jours pendant une semaine, jusqu’à ce que son apparence change, révélant une autre forme. Le réfrigérateur acquiert ainsi par l’action de l’artiste, le statut d’œuvre d’art. Dans la dimension performative de son œuvre, le recours à des objets domestiques (réfrigérateur, table, téléphone…), permet à Jimmie Durham de remettre en question avec une grande immédiateté tout ordre esthétique établi. En 2009, une œuvre d'art publique permanente de Durham, "Serpentine rouge" est installée à Indre (Loire-Atlantique) le long de la Loire.

durhamp.jpg

Jimmie Durham est un artiste qui se pose en outsider et en rebelle, en guerrier opposé à la société américaine, et aux valeurs de consommation exacerbée et l'individualisme mercantile qu'elle promeut.

Jimmie Durham utilise une grande variété de support et de types de pièces : sculptures, installations, peintures, dessins, performances, vidéos et photographies. Ce sont souvent des assemblages hétéroclires de matières brutes ou d’objets trouvés, qui communiquent des messages de violence et d'humour.

Le matériau de base de Jimmie Durham est la pierre, pierre qui écrase tantôt des avions ou des frigos, des fauteuils, des vitrines, des voitures, qui projette de la peinture quand lancée dans un pot de peinture, dans une idée assez évidente d'intifada contre le monde de la consommation.

Expositions (sélection)

  • 1992 : Documenta IX, Kassel
  • 2001 : Triennale de Yokohama 2001
    • Coeur de pierre. Kitakyushu, Japon
  • 2004 : Biennale de Sydney
  • 2007 : Silvia Ocougne / Jimmie Durham, Metaphrase & Metathesis, Berlin
  • 2008 : Art Basel 39, Suisse
  • 2009 : Biennale de Lyon 2009
    • Estuaire 2009 "Serpentine rouge" œuvre permanente
    • Jimmie Durham "Pierres rejetées" retrospective, Musée d’ Art Moderne de la Ville de Paris, France (solo)
  • 2012 : Documenta 13
  • 2013 : Jimmie Durham, Fondazione Morra Greco, Naples, Italie

Galerie

durham1.jpg

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique