James Turrell

Un article de Nezumi.

James Turrell plasticien contemporain américain né en 1943 à Los Angeles dans une famille quaker d'origine franco-irlandaise, il vit et travaille à Flagstaff (Arizona), ainsi qu'en Irlande. Son médium de prédilection est la lumière.

Biographie

James Turrell est diplômé en mathématiques et en psychologie, au Ponoma College, Californie, en 1965. Il obtient un Art Graduate Studies (études de 3e cycle) à Université de Californie à Irvine, entre 1965 et 1966, puis une maîtrise MA Art à la Claremont Graduate School.

Turrell revendique pour sa démarche la double appartenance à la culture scientifique et technique, et à la culture atlantique et pacifique.

De la tradition quaker, secte protestante qui rejète toute idée de représentation, Turrell a gardé cette quête de la lumière intérieure. Les Quakers pratiquent aussi une méditation de groupe qu'ils définissent comme entrer en soi pour saluer la lumière; l'expérience mystique est une réalité physique pour chacun d'entre eux .

Cette utilisation de la lumière s'inscrit dans la continuité d'Yves Klein, de ses monochromes qui ne sont pas des peintures, mais des surfaces de pure sensibilité. Yves Klein parlait d'architecture de l'air

En 1966, Turrell commence à expérimenter avec la lumière dans son studio de Santa Monica, l'hôtel Mendota, à une époque où le Light and Space group, un groupe d'artistes de Los Angeles qui comprend Robert Irwin et Doug Wheeler, devient célèbre. En recouvrant les fenêtres et en n'autorisant qu'une partie de la lumière à entrer par les ouvertures en quantités précises, Turrell crée ses premières projections lumineuses. Dans Shallow Space Constructions (1968), il utilise des cloisons, permettant l'effusion rayonnante d'une lumière dissimulée afin de créer un effect d'applatissement artificiel dans l'espace. La même année, il participe au programme Art et Technologie du musée d'art du comté de Los Angeles, travaillant sur les phénomènes de perception avec l'artiste Robert Irwin et le psychologue Edward Wortz. En 1969, il effectue des dessins dans le ciel avec Sam Francis, à l'aide de fumée colorée et de matériaux d'ensemencement de nuages. Entre 1969 et 1974, Turrell développe The Mendota Stoppages, où plusieurs pièces de l'ancien hôtel Mendota sont condamnées, leurs ouvertures controllées par l'artiste afin de permettre à la lumière naturelle et artificielle de pénétrer les espaces sombres selon des façons spécifiques.

Ses monochromes lumineux ne sont pas des tableaux de l'ère technologique. Pour Turrell ce ne sont ni des images, ni des objets. L'art de Turrell met en présence de la lumière, il s'agit d'une démarche initiatique et non pas un art de la représentation ou du discours. Il déclare : La lumière m'intéresse en fait comme la révélation même . Je ne suis pas un artiste de la lumière. Je suis plutôt quelqu'un qui utilise la lumière comme matériau afin de travailler le médium de la perception . Mes œuvres n'illustrent pas des principes scientifiques, mais je veux qu'elles expriment une certaine conscience, une certaine connaissance

Les recherches de Turrell sur la lumière pure et sur la perception continuent ce rêve de l'art à la pointe des recherches scientifiques d'une époque, tel que Georges Seurat ou Léonard de Vinci le concevaient. Son art n'est ni purement intellectuel ni formel. La démarche de Turrell, basée sur d'autres sensorialités n'est pas analysable en termes de représentation. Ce sont les données, les avancées scientifiques et techniques qui lui permettent d'aller plus loin dans la sensibilité et l'exploration des perceptions.

Dans les années 1970, Turrell débute sa série des Skyspace, des espaces clos suffisamment grands pour accueillir une quinzaine de personnes, ouverts sur le ciel à travers un trou dans leur plafond. À l'intérieur, les spectateurs s'assoient sur des bancs disposés le long des murs afin d'observer le ciel. En tant que quaker, Turrell conçoit la maison d'assemblée de Live Oak pour la Société des Amis avec une ouverture dans le toit, où la notion de lumière prend dans ce cas une connotation religieuse. Son œuvre Meeting (1986, MoMA PS1), qui consiste en une pièce carrée comportant une ouverture découpée directement dans le plafond, est une recréation de cette maison d'assemblée. En 1992, Irish Sky Garden ouvre à Skibbereen, Irlande. Cette œuvre monumentale comprend un cratère en son centre. Le spectateur entre à travers une porte dans le périmètre du cratère, marche à travers un passage et gravit des escaliers afin de rentrer dans le jardin. En se reposant sur la plinthe centrale et en regardant vers le haut, le spectateur fait l'expérience du ciel encadré par le bord du cratère. Selon les termes de Turrell : « la chose la plus importante est que l'intérieur se transforme en l'extérieur et vice-versa, dans le sens que les relations entre le paysage irlandais et le ciel changent ». Les autres Skyspaces comprennent le Kielder Skyspace (2000) à Cat Cairn, Angleterre, et Second Wind (2005) à Vejer de la Frontera, Espagne. Three Gems (2005) au San Francisco De Young Museum est le premier Skyspace à adopter la forme d'une stūpa.

Beaucoup de gens pensent que l'art doit proposer des contenus narratifs ; je trouve que c'est un raisonnement de bas niveau . L'interprétation de l'art vidéo par Turrell est à ce titre édifiante et pleine d'ironie. Pour la série Magnetron qu'il a réalisée pour le Motel Art de Philippe Starck, les télévisions sont utilisées comme source de lumière monochrome. La chaîne sportive a des couleurs très vives, la chaîne météo a une dominante bleue. Les chaînes pornos sont très intéressantes parce qu'elles ont des tonalités très douces qui peuvent rester pratiquement vingt minutes sans changer... .

Pour Turrell le médium c'est la perception . Ce que donne à percevoir les œuvres de Turrell, c'est le phénomène de notre propre perception. Le sujet est la perception elle-même. Rejoignant la démarche du Zen, il donne au corps du spectateur la possibilité d'expérimenter sensuellement la dimension immatérielle de la lumière et de l'espace, et la perception de la continuité du corps (donc de l'être) et de l'espace.

Ce sont les techniques les plus récentes, mais aussi une relation aux œuvres qui conduisent James Turrell à cette approche holistique de la lumière. Ce n'est pas la rétine qui est concernée par ces œuvres, mais le corps tout entier qui est porté, absorbé par la lumière. Cette expérience est celle de la méditation. Les œuvres de Turrell mettent dans un état de méditation lumineuse. Les œuvres de Turrell sont des invitations à une redéfinition des perceptions vers plus de tactilité. L'objectif de Turrell n'est pas purement visuel, il est surtout mental et tactile. Le corps et l'esprit sont immergés, imprégnés dans la lumière même.

En 1983, il fait l'achat personnel d'un cratère volcanique dans le désert de l'Arizona (Roden Crater), qu'il transforme peu à peu en un gigantesque observatoire astronomique.

Depuis la fin des années 1960, les installations de James Turrell, appelées aussi « environnements perceptuels », sont réalisées à partir d'un seul matériau : la lumière, naturelle ou artificielle. Mis à part les dessins et les plans qui accompagnent es œuvres de plus grande envergure, sa production ne comporte ainsi aucun objet en tant que tel.

Ses interventions, ses installations « en chambre » ou à ciel ouvert, procèdent toutes d’une quête artistique qui déstabilise nos relations au réel.

En manipulant la lumière, James Turrell sollicite les sens, il se joue de la perception du spectateur, il la bouscule, la trompe. Entre ses mains la lumière prend une extraordinaire matérialité.

James Turrell est représenté par Henry Art Gallery ainsi que par The Pace Gallery, New-York.

Quelques œuvres et expositions

  • 1967 Afrum
  • 1970 Stuck Red/Stuck Blue
  • 1974 début de la série des Skyspace (lieux multiples)
  • 1976 début de la série des Space Division (lieux multiples)
  • 1990 Skeet Fondation Cartier
  • 1991 Irish Sky Garden, sur le colline de Liss Ard en Irlande. Quatre sites dans cet espace naturel sont aménagés en forme respectivement de cratère, de tumulus, de pyramide et de " Mur Céleste " (Sky Wall)
  • 1992 Perceptual Cell Weisses Haus, Hambourg
  • 1999 Elliptic Ecliptic, architecture découpant une forme elliptique dans le ciel de Cornouailles, s'inscrit dans la série des Sky Spaces. Cette installation est implantée dans le jardin de sculptures de Tremenheere, à l'occasion de l'éclipse de 1999. La découpe elliptique dans le toit fut occultée pour le passage de l'éclipse, et remplacée par une lentille transformant l'installation Elliptic Ecliptic en camera obscura. Le passage du soleil voilé se reflétait sur une surface posée dans la chambre. La forme elliptique renvoie aux trajectoires orbitales des corps célestes.
  • 1999 Ouverture de la maison Minamidera dans le cadre de Art House Project à Naoshima. Le visiteur pénètre à tâtons dans une pièce qui lui semble complétement obscure. Suivant sa capacité d'adaptation, au bout de 5 à 15 minutes, il distingue un rectangle, découpé dans le mur du fond et très faiblement éclairé en bleu.
  • 2000 Illumination du Pont du Gard et du siège de la Caisse des dépôts et consignations
  • Façade du musée de Leipzig
  • 2005 Automotive Design Network (ADN), centre de design de PSA Peugeot Citroën à Vélizy, qui bénéficie d'un éclairage variable conçu par James Turrell. Le bâtiment bénéficie d'un éclairage dynamique, grâce à 200 sources lumineuses composées chacune de 3 tubes néon de 1,5 à 2 mètres de couleurs rouge, verte et bleue, chaque pouvant être activé de 0 à 100% de sa capacité pour couvrir toute la palette des couleurs et mettre en valeur de manière exceptionnelle le bâtiment, selon une programmation variable conçue par l'artiste.
  • 2009 ouverture du James Turrell Museum à Colomé, Argentine

Expositions (sélection)

  • 1967 Norton Simon Museum (première exposition solo)
  • 1976 Stedlijk Museum, Amsterdam
  • 1980 Whitney Museum of American Art, New York
  • 1982 Israel Museum, Jerusalem
  • 1984 Musée d'Art contemporain de Los Angeles
  • 1998 Museum für angewandte Kunst, Vienne, Autriche
  • 2002 Mattress Factory, Pittsburgh
  • 2009 The Wolfsburg Project, Kunstmuseum Wolfsburg, Allemagne
  • 2011 Illumination de l'Arsenale pour la Biennale de Venise 2011
  • 2013 Rétrospective itinérante : Academy Art Museum d'Easton, Musée Solomon R. Guggenheim, New York, The Los Angeles County Museum of Art, et Museum of Fine Arts, Houston.

Voir aussi Liste de ses expositions

Galerie

turrell2003.jpg
Light Reign, 2003
turrell1999.jpg
Elliptic Ecliptic - 1999, Cornouailles,
turrell1983.jpg
Roden Crater
turrell2014.jpg
Minamidera, Art House Project, Naoshima
turrell9991.jpg
turrell9992.jpg

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique