JR

Un article de Nezumi.

JR (Jean René) plasticien contemporain français né en 1983 à Paris

Biographie et œuvre

Jean René est né à Paris le 22 février 1983. D'origine juive tunisienne, il grandit à Montfermeil et passe beaucoup de temps sur les marchés, ses parents ont un stand aux puces de Clignancourt. Il étudie au lycée Stanislas avant de commencer sa carrière dans le graffiti à l'adolescence. Son pseudonyme représente les initiales de son nom (Jean René) et fait référence à J. R. Ewing, le personnage principal de la série américaine, Dallas. Il déclare que sa religion est le zoroastrisme, ironiquement pour souligner son attachement au multiculturalisme.

A partir de 2001, il parcourt l’Europe à la rencontre de ceux qui s’expriment sur les murs et les façades qui structurent les villes. Observant les gens qu’il rencontre et écoutant leur message, il colle leurs portraits dans les rues, les sous sols et sur les toits.

JR se définit comme un « artiviste urbain ». Après avoir été exposées dans les villes mêmes dont sont originaires les sujets de JR, les images voyagent de New York à Berlin, d'Amsterdam à Paris. Il est représenté par le galeriste Emmanuel Perrotin en France, Hong Kong et New York, par Magda Danysz en Chine et par Simon Studer Art en Suisse. Lors de certaines expositions, il offre aux visiteurs leur portrait en poster grâce à une cabine photographique géante.

Il emploie une quinzaine de personnes et partage son temps de travail entre un studio à Paris et un autre à New York. Il est très actif sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et Instagram.

Grâce à la technique du collage photographique il expose librement sur les murs du monde entier, attirant ainsi l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement. Son travail mêle à l’art, l’action, traite d’engagement, de liberté, d’identité et de limite.

Le 20 octobre 2010, JR se voit décerner le prix TED, pour l'année 2011 pour lequel il reçoit une bourse de 100 000 dollars assortie d'un « Vœu pour changer le monde » ; il utilise cet argent pour créer Inside Out, un site Internet qui permet de faire imprimer et de recevoir des collages de leur portrait, que les personnes intéressées doivent elles-mêmes installer : fin 2015, 300 000 personnes issues de 120 pays l'ont expérimenté.

Projets et réalisations (sélection)

  • 2004, Toit et moi, associé avec l’artiste Prune Nourry. Les sculptures de celle-ci étaient positionnées sur les toits parisiens puis photographiées par JR.
  • De 2004 à 2006, Portrait d’une génération, des portraits de jeunes de banlieue en très grand format, sur les murs de la Cité des Bosquets de Montfermeil . Ce projet illégal devient officiel lorsque la mairie de Paris affiche les photos de JR sur ses bâtiments. Dès ces premiers projets, l'artiste affirme vouloir amener l'art dans la rue : « Je possède la plus grande galerie d’art au monde : les murs du monde entier. J’attire ainsi l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement. »
  • 2007, avec Marco il réalise Face 2 Face, « la plus grande expo photo illégale jamais créée ». JR affiche d’immenses portraits d’Israéliens et de Palestiniens face à face dans huit villes palestiniennes et israéliennes et de part et d’autre de la barrière de sécurité. Dès son retour à Paris, il colle de nouveau ces portraits dans la capitale. Pour JR, cette action artistique est avant tout un projet humain : « Les héros du projet sont tous ceux qui, des deux côtés du mur, m'ont autorisé à coller sur leur maison ».
  • 2008, pour rendre hommage à celles qui occupent un rôle essentiel dans les sociétés, mais qui sont les principales victimes des guerres, des crimes, des viols ou des fanatismes politiques et religieux, JR a recouvert l’extérieur de la favela Morro da Providência, à Rio de Janeiro, d’immenses photos de visages et de regards de femmes. « C’est un projet fait de bric et de broc, comme la favela elle-même. On s’est adapté à l’environnement dans cet univers où les toits des maisons sont en plastique et les revolvers des enfants en acier.  », dit JR. Jusqu’en 2010, l’artiste poursuit ce projet à travers le monde (Sierra Leone, Liberia, Kenya, Inde, Cambodge).
  • 2008, The Wrinkles of the City vise à révéler l’histoire et la mémoire d’un pays à travers les rides des habitants. L’artiste choisit des villes ayant connu des bouleversements telles que Carthagène en Espagne, Shanghai, La Havane, Los Angeles, Berlin ou Istanbul. En 2012, accompagné du peintre José Parla, JR amène Wrinkles of the City à travers La Havane.
  • septembre 2010, sur invitation du Festival images (Vevey - Suisse), JR commence le projet Unframed. Pour la première fois de son parcours artistique, JR n'utilise pas ses propres images mais celles de la grande Histoire de la photographie. Après avoir obtenu l’autorisation des différents ayant droit, JR agrandit des photos de Robert Capa, Man Ray, Gilles Caron ou Helen Levitt et les applique sur des façades des bâtiments de Baden-Baden, Marseille, São Paulo, Grottaglie en Italie et Washington DC.
  • Le 2 mars 2011, lors de la Conférence TED à Long Beach, en Californie, JR a appelé à la création d'un projet d'art global - Inside Out Project (IOP) - inspiré par ses collages de rue grand format, le concept du projet est de donner à chacun la possibilité de partager avec le monde son portrait et un message. Inside Out offre aux particuliers et groupes du monde entier un nouveau moyen de faire passer un message. Ce projet est pour lui une manière "de rendre hommage à ceux qui ont eu la volonté et le courage de changer le monde et d’affirmer encore que la grande histoire est faite des petites". Les actions sont documentées, archivées et exposées en ligne sur le site insideoutproject.net. Plus de 300 000 posters ont été envoyés dans plus de 129 pays depuis mars 2011. Les Cabines Photographiques Inside Out apportent le projet dans la rue, et permettent au public de participer instantanément et gratuitement. Des dizaines de milliers de portraits ont été imprimés dans ces Cabines Photographiques situées partout dans le monde, dans des endroits tels que le Centre Pompidou (Paris), à Londres et Amsterdam, au Japon, à Dallas ainsi qu’aux Rencontres de la Photographie à (Arles), plusieurs villes en Israël et en Palestine, à Abu Dhabi, à la Galerie Perrotin (Paris). En
  • juin 2014, il recouvre de 4 000 visages la nef et la bâche abritant le Panthéon à Paris durant ses travaux de réfection.
  • décembre 2015, JR réalise une projection vidéo sur l’Assemblée nationale de Paris en collaboration avec le cinéaste Darren Aronofsky. Ce projet, intitulé The Standing March, prenait sens en révélant une foule de gens qui interpellaient les politiques de manière solidaire, au moment de la COP21 en décembre dernier, au moment où les manifestations et les regroupements étaient interdits suite aux attentats terroristes du 13 novembre.
  • 2016 avec son exposition-atelier « Vous êtes ici » à la Galerie des enfants du Centre Pompidou. Cette œuvre participative permet aux plus jeunes de devenir des colleurs d'un jour. Ensemble, les enfants participent à la création d'une ville à leur échelle, aux couleurs des pays traversés par JR et des photographies qui en témoignent. D'image en image, le visiteur se promène entre ces architectures, se retrouvant tantôt au Kenya, tantôt à Shanghai ou à Paris.
  • 2016, JR est l'invité du Louvre pour une installation, de type anamorphose, sur l'un de ses symboles, la Pyramide du Louvre.
  • 2016, JR a fait une palissade avec 65 photos des Sevrannais entourant le chantier de la nouvelle Maison de quartier de Rougement à Sevran.

Films

  • 2011 : Women are Heroes, réalisé par JR, Semaine de la Critique au Festival de Cannes 2010
  • 2013 : Inside Out, the people’s art project, réalisé par Alastair Siddons, première diffusion sur HBO
  • 2013 : Wrinkles of the City - Havana, Cuba, réalisé par JR et José Parlá
  • 2014 : Les Bosquets, ballet qu’il a créé en collaboration avec le New York City Ballet, sur une musique originale de Woodkid, avec le danseur Lil Buck. Pour ses débuts en tant que chorégraphe, JR réunit 42 danseurs sur scène. En s'appuyant sur la représentation du ballet, JR réalise un court métrage au sein de la communauté des Bosquets à Montfermeil, un endroit où l’art, l’agitation sociale et le pouvoir de l’image s’entremêlent. Il souhaite montrer comment le désir d’exister dans ces quartiers peut combattre la précarité et créer du beau où l'on ne l'attend plus.
  • 2015 : The Standing March, COP 21 Project, JR and Darren Aronofsky, Paris, France
  • 2015 : Ellis, réalisé par JR, écrit par Éric Roth, hommage consacré aux immigrants passés par Ellis Island. Ce court-métrage a pour unique acteur Robert De Niro, la musique étant quant à elle signée par Woodkid et jouée par Nils Frahms. Ellis Island fut la porte d'entrée des États-Unis pour des millions d'immigrants, un purgatoire, à l'ombre de la Statue de la Liberté, où des milliers d'hommes, de femmes, d'enfants, ont attendu leur sort. Ellis raconte l'histoire de ces immigrants qui ont construit l’Amérique tout en soulevant la question de ceux qui cherchent les mêmes opportunités aujourd'hui aux États-Unis et dans le reste du monde.
  • 2017 : Visages, Villages, coréalisé par Agnès Varda et JR
  • 2019 : Pouvoir, Pouvoir Les Moulins, Galleria Continua

Galerie

Projet Inside-Out


jr2011.jpg
Centre Pompidou, 2011, à l'occasion de l'exposition Paris-Delhi-Bombay
jr2014.jpg
Panthéon, 2014


visagvillag.jpg
Visages, Villages avec Agnès Varda

JR2890.JPG
Pouvoir, Pouvoir, Galleria Continua

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique