Indochine française

Un article de Nezumi.

(Différences entre les versions)
(n)
Version actuelle (17 avril 2016 à 17:13) (modifier) (défaire)
(++)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
-
L''''Indochine française''' (''Đông Dương thuộc Pháp'') est une ancienne colonie [[France|française]], création de l'administration coloniale, regroupant :
+
[[Image:Indochine.jpg|right|300px]]L''''Indochine française''' (''Đông Dương thuộc Pháp'') est une ancienne colonie [[France|française]], création de l'administration coloniale, regroupant :
-
* le [[Tonkin]], l'[[Annam]] et la [[Cochinchine]] sous le nom d'État du Viêt Nam (territoire identique a celui de l'actuelle [[Vietnam|République socialiste du Viêt Nam]])
+
* le [[Tonkin]], l'[[Annam]] et la [[Cochinchine]] sous le nom d'État du Viêt Nam (territoire identique a celui de l'actuelle [[Viêt Nam|République socialiste du Viêt Nam]])
* le [[Laos]] ;
* le [[Laos]] ;
* et le [[Cambodge]].
* et le [[Cambodge]].
-
Souvent, on l'appelle simplement « Indochine », ce qui crée une confusion avec la notion géographique d'Indochine – ou péninsule indochinoise – qui désigne les pays situés entre l'[[Inde]] et la [[Chine]], soit les pays sus-cités ainsi que la [[Birmanie]], la [[Thaïlande]] et une partie de la Malaisie.
+
Souvent, on l'appelle simplement « Indochine », ce qui crée une confusion avec la notion géographique d'Indochine – ou péninsule indochinoise – qui désigne les pays situés entre l'[[Inde]] et la [[Chine]], soit les pays sus-cités ainsi que la [[Birmanie]], la [[Thaïlande]] et une partie de la Malaisie.
-
== Histoire ==
+
 +
=== Histoire ===
La création de l'Indochine française, plus précisément ''Union indochinoise'', remonte à 1887 (première expédition de missionnaires en 1663). À l'intérieur de cette entité, le Laos (régime mixte) et le Cambodge (protectorat, monarchie sous tutelle française) gardent leur nom, mais le Viêt Nam n'existait pas en tant que tel. Trois États occupaient son territoire :
La création de l'Indochine française, plus précisément ''Union indochinoise'', remonte à 1887 (première expédition de missionnaires en 1663). À l'intérieur de cette entité, le Laos (régime mixte) et le Cambodge (protectorat, monarchie sous tutelle française) gardent leur nom, mais le Viêt Nam n'existait pas en tant que tel. Trois États occupaient son territoire :
-
* le [[Tonkin]] (du vietnamien ''Đông Kinh'', « capitale de l'Est »), régime mixte ;
+
* le Tonkin(du vietnamien ''Đông Kinh'', « capitale de l'Est »), régime mixte ;
-
* l'[[Annam]] (« Sud tranquille », l'un des noms du Viêt Nam sous occupation chinoise), protectorat (monarchie sous tutelle française) ;
+
* l'Annam (« Sud tranquille », l'un des noms du Viêt Nam sous occupation chinoise), protectorat (monarchie sous tutelle française) ;
-
* la [[Cochinchine]] (contrée nommée ainsi parce que située sur la route maritime entre [[Cochin]] sur la côte orientale de l'Inde, et la Chine), colonie.
+
* la Cochinchine (contrée nommée ainsi parce que située sur la route maritime entre [[Cochin]] sur la côte orientale de l'Inde, et la Chine), colonie.
-
== Population ==
+
=== Population ===
-
Dans cette entité, les peuples Viêt, Khmer et Lao sont majoritaires. Les minorités ([[Muong]], [[Tay]], [[Cham]], [[Rhade]], [[Jarai]], etc.) sont principalement présentes dans les zones montagneuses. Les Chinois, bien présents dans les villes, sont des commerçants très actifs. L'ensemble compte environ 12 millions d'habitants à la fin du XIXe siècle, puis 16,4 millions en [[1913]]. Plus de 95% de la population est rurale, ce qui rend les décomptes et recensements difficiles.
+
-
La religion dominante est le [[bouddhisme]], fortement influencé par le [[confucianisme]] chinois. Pendant la période coloniale, les missions catholiques, très actives, ont obtenu de nombreuses conversions surtout au Tonkin. Dans la première moitié du XXe siècle sont apparues de nouvelles religions comme le [[Caodaïsme]], syncrétismes de croyances occidentales et asiatiques.
+
Dans cette entité, les peuples Viêt, [[Khmer]] et Lao sont majoritaires. Les minorités ([[Muong]], [[Tay]], [[Cham]], [[Rhade]], [[Jarai]], etc.) sont principalement présentes dans les zones montagneuses. Les Chinois, bien présents dans les villes, sont des commerçants très actifs. L'ensemble compte environ 12 millions d'habitants à la fin du XIXe siècle, puis 16,4 millions en 1913. Plus de 95% de la population est rurale, ce qui rend les décomptes et recensements difficiles.
-
La population coloniale française, en [[1940]] (présence maximale), n'est que de {{formatnum:34000}} individus. Contrairement à l'Algérie française (1 million d'Européens contre 9 millions d'Algériens en [[1954]]), l'Indochine française ne fut une colonie de peuplement qu'au début de la colonisation française, mais elle se transformera vite en une colonie d'exploitation économique en raison de la présence de plusieurs ressources naturelles qui allèrent enrichir la France durant les années de son contrôle sur le Laos, le Cambodge, le Tonkin, l'Annam et la Cochinchine.
+
La religion dominante est le [[bouddhisme]], fortement influencé par le [[confucianisme]] chinois. Pendant la période coloniale, les missions catholiques, très actives, ont obtenu de nombreuses conversions surtout au Tonkin. Dans la première moitié du XXe siècle sont apparues de nouvelles religions comme le [[Caodaïsme]], syncrétismes de croyances occidentales et asiatiques.
 +
La population coloniale française, en 1940 (présence maximale), n'est que de {{formatnum:34000}} individus. Contrairement à l'Algérie française (1 million d'Européens contre 9 millions d'Algériens en 1954), l'Indochine française ne fut une colonie de peuplement qu'au début de la colonisation française, mais elle se transformera vite en une colonie d'exploitation économique en raison de la présence de plusieurs ressources naturelles qui allèrent enrichir la France durant les années de son contrôle sur le Laos, le Cambodge, le Tonkin, l'Annam et la Cochinchine.
[[Catégorie:Viêt Nam]]
[[Catégorie:Viêt Nam]]

Version actuelle

L'Indochine française (Đông Dương thuộc Pháp) est une ancienne colonie française, création de l'administration coloniale, regroupant :

Souvent, on l'appelle simplement « Indochine », ce qui crée une confusion avec la notion géographique d'Indochine – ou péninsule indochinoise – qui désigne les pays situés entre l'Inde et la Chine, soit les pays sus-cités ainsi que la Birmanie, la Thaïlande et une partie de la Malaisie.

Histoire

La création de l'Indochine française, plus précisément Union indochinoise, remonte à 1887 (première expédition de missionnaires en 1663). À l'intérieur de cette entité, le Laos (régime mixte) et le Cambodge (protectorat, monarchie sous tutelle française) gardent leur nom, mais le Viêt Nam n'existait pas en tant que tel. Trois États occupaient son territoire :

  • le Tonkin(du vietnamien Đông Kinh, « capitale de l'Est »), régime mixte ;
  • l'Annam (« Sud tranquille », l'un des noms du Viêt Nam sous occupation chinoise), protectorat (monarchie sous tutelle française) ;
  • la Cochinchine (contrée nommée ainsi parce que située sur la route maritime entre Cochin sur la côte orientale de l'Inde, et la Chine), colonie.

Population

Dans cette entité, les peuples Viêt, Khmer et Lao sont majoritaires. Les minorités (Muong, Tay, Cham, Rhade, Jarai, etc.) sont principalement présentes dans les zones montagneuses. Les Chinois, bien présents dans les villes, sont des commerçants très actifs. L'ensemble compte environ 12 millions d'habitants à la fin du XIXe siècle, puis 16,4 millions en 1913. Plus de 95% de la population est rurale, ce qui rend les décomptes et recensements difficiles.

La religion dominante est le bouddhisme, fortement influencé par le confucianisme chinois. Pendant la période coloniale, les missions catholiques, très actives, ont obtenu de nombreuses conversions surtout au Tonkin. Dans la première moitié du XXe siècle sont apparues de nouvelles religions comme le Caodaïsme, syncrétismes de croyances occidentales et asiatiques.

La population coloniale française, en 1940 (présence maximale), n'est que de 34 000 individus. Contrairement à l'Algérie française (1 million d'Européens contre 9 millions d'Algériens en 1954), l'Indochine française ne fut une colonie de peuplement qu'au début de la colonisation française, mais elle se transformera vite en une colonie d'exploitation économique en raison de la présence de plusieurs ressources naturelles qui allèrent enrichir la France durant les années de son contrôle sur le Laos, le Cambodge, le Tonkin, l'Annam et la Cochinchine.

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique