Hiraki Sawa

Un article de Nezumi.

Hiraki Sawa, plasticien contemporain japonais, principalement vidéaste, né en 1977 , dans la Préfecture d'Ishikawa‎‎ au Japon.

Il vit et travaille à Londres.

Diplômé de l’University of East London en 2000, il obtient sa maîtrise en art à la Slade School of Fine Arts. Il a été découvert en France à l’occasion de la Biennale d'art contemporain de Lyon en 2003.

Le travail d' Hiraki Sawa est centré sur les altérations d'échelle et sur l'insertion d'images diverses à l'intérieur de son environnement domestique. Il utilise l'animation pour créer des mondes imaginaires qui nous entraînent à penser au temps, à l'espace, au mouvement sans fin, à l'innocence et à la rupture.

Le monde imaginé par Hiraki Sawa mélange subtilement deux univers, le monde du dehors et celui de l’intérieur dans lequel les objets inanimés perdent toute pesanteur et semblent prendre vie pour accaparer tout l’espace vital de l’appartement de l’artiste. Si la technologie des trucages utilisée dans la vidéo pour le cinéma ou la télévision devient accessible au grand public grâce à l’informatique, cet artisan de l’image privilégie une illusion simple et bricolée avec des idées, au lieu d’intégrer à tout va des effets spéciaux impressionnants.

Hiraki Sawa interprète et réorchestre l’existence. Il tisse l’histoire de la vie, d’une vie qui se déroule sous nos yeux, emprisonnée dans des petits espaces. Le jeu d’échelle n’y peut rien. L’artiste a beau introduire tous les longs courriers du monde entier, en faire une arche de Noé, ou une tour de Babel, il ne parvient pas a` en pulvériser les limites, qui sont celles du temps, le temps de naître, de vivre et de mourir.

Quelques œuvres

  • Dwelling, 2002
    Dwelling a été tourné dans l'appartement londonien de Hiraki Sawa. Il recrée un univers fantastique, peuplé de jumbo jet miniatures, qui décollent de son oreiller, de sa table de cuisine parcourent son appartement avant d'atterrir sur sa moquette. Le tout compose un ballet aérien dense et parfaitement orchestré. Les notions de déplacement, de distance, d'ailleurs et de nulle part se retrouvent dans le réseau d'avions-insectes qui peu à peu occupe tout l'espace de l'appartement.
    Hiraki Sawa déclare « J’ai voulu intégrer dans un environnement personnel, des objets ‘‘du-dehors’’, comme les avions, mais dotés d’une taille réduite, et qui décolleraient de chez moi dans un décor constitué de mon appartement, et des objets ‘‘du-dedans’’ de la vie courante. La baignoire ou la machine à laver, par exemple . Je voulais qu’on les regarde sous un angle et une dimension différents de ce qu’on a l’habitude de voir, et en même temps je souhaitais donner une vie propre à ces objets »

Image:Suwadweling.jpg

  • Airliner, 2003
  • Elsewhere (2003)

Image:Suwaelsewhere.jpg

  • Spotter (2003)
  • Going places sitting down, 2004

Vidéo sur Youtube

  • Variation III (Silts), 2009
    C' est une installation qui propose de revisiter l’idée de transmission des connaissances en interrogeant les notions de temps et d’espace. Sur un grand écran défilent le flux et le reflux de la mer, les oiseaux qui migrent pour revenir, le mouvement de va-et-vient du balancier qui rythme le temps dans l’espace et la plateforme assaillie par les vagues. Les traces laissées par le passage du temps apparaissent et disparaissent dans un éternel recommencement.
  • Did I ?, 2011
    Présenté à la Biennale de Lyon 2013, Hiraki Sawa raconte l’histoire d’une mémoire à jamais oubliée.
    Did I ? s’inspire de l’histoire d’un de ses amis qui, ayant subitement perdu la mémoire, doit réinventer sa vie. L’installation d’Hiraki Sawa, composée de deux écrans et d’une platine vinyle dont la bande-son lue dans les deux sens donne le tempo des images, raconte cette histoire perdue. Selon le sens de lecture, les angles de vue sont différents, des éléments visuels manquent, d’autres sont ajoutés et des séquences sont modifiées. L’esthétique poétique de Sawa repose sur la qualité de l’image et sa lenteur, sur des incrustations discrètes, sur des jeux d’échos et d’échelle.
    L’artiste crée des paysages oniriques et délicats qui prennent leurs racines dans un monde à la fois imaginaire et ancré dans le réel. Ses films reflètent avec subtilité les idées de temps, de mouvement et de déplacement en combinant manipulation numérique et découpage à la main, photographie et collage, illusion cinématographique et leitmotivs. En brouillant la linéarité du récit par superposition et décalage, l’artiste interroge les structures cognitives de la mémoire.

sawadidi.jpg

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique