Hervé Di Rosa

Un article de Nezumi.

Hervé Di Rosa est un plasticien contemporain français, né à Sète en 1959

Il fut avec son frère Richard Di Rosa, François Boisrond, Rémi Blanchard et Robert Combas un des principaux artisans du mouvement français de la « Figuration Libre », renouveau de la peinture dans les années 1980, une peinture décomplexée empruntant souvent à la BD, au rock et au graffiti.

En 2000, Hervé Di Rosa fonde le Musée International des Arts Modestes (MIAM) à Sète.

Biographie détaillée, expositions

  • 1959 : Naissance à Sète dans le sud de la France. Vit et travaille à Paris, Mexico et dans le monde entier au fil de ses étapes "Autour du monde".
  • 1978 : Entre à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs.
  • 1980 : Premières publications de ses œuvres dans des magazines français.
  • 1981 : Première exposition "Finir en beauté", Paris. Expositions personnelles à Amsterdam et Düsseldorf. Participe à d'importantes expositions collectives en France (Paris, Nice, Sète) et au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris (ARC).
  • 1982 : Nouvelles expositions personnelles à Amsterdam, et Düsseldorf, et aussi à Paris.
  • 1983 : Lauréat de la Fondation Medicis, il séjourne pendant deux ans à New-York. Expositions personnelles à New-York (Barbara Gladstone Gallery), Paris, Flaines et Amsterdam.
  • 1984 : Expositions personnelles à New-York, Londres et à Saint-Paul-de-Vence (France).
  • 1986 : Expositions personnelles aux Musées de Groningen, Anvers, Nice et Sète. Expositions collectives en France (Paris, Fiac-Paris, Annecy, Sète), en Espagne (Pontevedra), au Portugal (Lisbonne).
  • 1987 : Expositions personnelles à Paris et Montpellier. Crée la Dirosarl et ouvre une boutique d'objets Di Rosa, la première boutique de l'art modeste, rue du Renard à Paris.
  • 1988 : "Viva Di Rosa" au Musée d'Art Moderne de Paris.
  • 1989 : L'exposition "Viva Di Rosa" est présentée à Cavaillon, Vitrolles et Montbéliard. Hervé Di Rosa ouvre une seconde boutique-galerie d'art modeste, rue de Poitou également à Paris. A Tunis, en réalisant deux sérigraphies dans un petit atelier d'impressions publicitaires, Hervé Di Rosa partage pour la première fois son travail avec des artisans locaux.
  • 1991 : Décore le restaurant Mac Donald's de Montpellier de grandes fresques de céramique et une galerie d'accès à l'Assemblée Nationale à Paris d'une peinture murale de 40 mètres.
  • 1992 : Séjours à Sofia où il commence la réalisation des Dirosaicônes, utilisant la technique traditionnelle des icônes bulgares pour l'appliquer à sa peinture.
  • 1993 : Réalise les décors et marionnettes pour "Un chapeau de paille d'Italie" d'E. Labiche, mis en scène par Massimo Schuster, ainsi qu'une mosaïque pour la station de métro de Toulouse Fontaine-Lestang. Va dans l'atelier d'Almighty God Work à Kumasi au Ghana et entreprend une série de peintures dans la tradition des peintres d'enseignes de coiffeurs.
  • 1994 : Réalise au Ghana, les 15 gravures de la "Suite africaine" dessinant sur des planches de bois achetées dans les scieries de Kumasi et gravées par des artisans tailleurs de masques et de tabourets.
  • 1995 : A l'occasion du 6e Sommet de la francophonie à Cotonou au Benin en décembre, Hervé Di Rosa réalise une série d' "appliqués" avec l'aide des tisserands de la famille Yèmadjè à Porto Novo. Présentés à Cotonou lors du Sommet de la francophonie, ils seront exposés au Musée des Arts d'Afrique et d'Océanie à Paris en février 1996. Débute une suite de peintures sur peau de mouton et zébu selon la pratique éthiopienne à Addis Abeba.
  • 1996 : Séjourne à La Réunion et dessine les 30 lithographies de "Tendres tropiques" qu'il complètera l'année suivante par une suite d'estampes entreprises à l'ile Maurice qu'il réunira en Suite Mascareigne. Réalise une mosaïque pour la médiathèque de St-Pierre de La Réunion. Il se rend également au Vietnam et s'initie au travail des panneaux de laques incrustés de nacre dans l'atelier du maître laqueur Lê Nghieêm à Binh Duong. Réalisation d'une fresque pour l'hôpital St Vincent de Paul à Paris.
  • 1997 : Exécute une suite de fresques sur panneau en Corse. Pendant les temps de préparation il ramasse des galets et des bois flottés sur la plage et en constitue une suite de têtes et de personnages. Par la suite, en 1999, il les transposera en carborundums sous le titre "2000 têtes" à l'atelier Pasnic à Paris.
  • 1998 : Rassemble une première fois des œuvres des étapes de son périple artistique "Autour du monde" à Amiens et à l'automne La galerie Louis Carré & Cie présente l'ensemble des panneaux de laque réalisés au Vietnam à la Fiac 98 Paris. Au cours des différents voyages au Vietnam se constitue aussi la "Suite vietnamienne", 25 sérigaphies sur fond préparé à la laque arrachée.
  • 1999 : L'exposition des travaux réalisés en Corse circule encore à Bastia et à Ajaccio, au Musée Fesch. Fête le passage à l'an 2000 à Annecy avec une installation réalisée avec le concours de Patrick Bouchain.
  • 2000 : Achève les œuvres tressées en cables de téléphone et tissées de perles en Afrique du Sud et expose ces travaux "Dirozulu" à Durban et à Johannesburg.
    S'installe à Mexico où il va désormais résider pour s'imprégner de la culture mexicaine. "Dirosatlas" est exposé à Chambéry, Grenoble, Blois, Maubeuge, Istres, "2000 têtes" à Crans-sur-Sierre, "Impressions de voyages" à Orléans, "Vietnamabrak" à Paris et "Les cantons de l'Hérault" à Montpellier.
    A Sète, sous son impulsion, s'ouvre le Miam, le Musée International des Arts Modestes.
    Realisation d'un mur peint dans le 15e arrondissement pour la ville de Paris.
  • 2003 : Réside à Miami, Floride, Etats-Unis. Commence la série de paysages de Miami et une série de sculptures dans l'atelier d'Olivier Haligon, ainsi que la première pièce des "One man group shows". Au Cameroun, il commence une série de sculptures à la cire perdue à Foumban avec les artisans Bamoun. Il travaille avec le graffitiste américain Crash sur une série de peintures à quatre mains. En collaboration avec l'écrivain française Marie Nimier, il publie Etna, la fille du volcan, Paris-Musées Editions, et illustre le texte de Pascal Bruckner: Au secours, le père Noël revient ! Editions du Seuil.
  • 2004 : Exposition "A quatre mains" à Paris, galerie Speerstra, avec le graffitiste américain Crash, de la série de peintures qu'ils ont réalisées ensemble depuis 2003.
  • 2005 : Hervé Di Rosa réalise l'affiche du Miami International Film Festival. Exposition personelle à New York "The solo group Show" à la galerie Haim Chanin Fine Arts ou il presente les "Miami pieces". Exposition personnelle à Paris (galerie Louis Carré & Cie): "Miami landscape".
  • 2006 : La ville de Tunis organise  : "Retour Tunis" comprenant des œuvres du Tour du Monde ainsi que 12 fixés-sous-verre réalisés en collaboration avec des artisans tunisiens.
  • 2007 : Fin 2006, Hervé Di Rosa et sa famille s'installent à Paris pour quelques temps. L'exposition "Dirographie" réunit des œuvres graphiques à l'école des Beaux-Arts du Havre en janvier et février. Hervé présente à partir de février, au Musée Botanique de Bruxelles, une nouvelle mouture de "Dirosafrica" où ses œuvres sont en regard avec des objets populaires et traditionnels originaires des différents lieux visités.
  • 2012, grands formats à l'espace ENCAN de La Rochelle.
  • 2014, les « Modestes tropiques » au musée du quai Branly.
  • 2016 Exposition Plus jamais seul à la maison rouge, Paris

Galerie


dirosa5.jpg
Dirosapocalypse, 1984


Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique