Fred Forest

Un article de Nezumi.

' Fred Forest, né à Mouaskar (Algérie), le 6 juillet 1933, est un artiste français.

Sommaire

Biographie

Image:Forestfred.png
Fred Forest (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).

Artiste du multimédia et des réseaux, il fut un des pionniers de l'Art vidéo(1967) puis du Net.art (1996) on lui doit aussi la paternité des "expériences de presse " (Interventions sur les massmédias: Presse écrite, radio, TV, 1972).

Docteur d'État à la Sorbonne, professeur en Sciences de l'information et de la communication, il crée en France dès 1968 les premiers environnements interactifs utilsant l'informatique et la vidéo, mais aussi il a su intégrer dans sa démarche artistique tous les supports de communication : presse écrite, téléphone, fax, radio, télévision, films vidéo, câble, journaux lumineux et électroniques, robotique, réseaux télématiques et bien sûr toutes les possibilités du web. Fred Forest est co-fondateur de deux mouvements artistiques importants : L'art sociologique (1974) et l'Esthétique de la communication (1983) L'ensemble de son œuvre, toujours en cours de développement, a rejoint le patrimoine national au titre du dépôt légal en juillet 2005, sous forme de convention signée avec l'INA (Institut National de l'Audiovisuel) Il est le seul artiste français vivant d'art contemporain, à ce jour, à bénéficier d'un tel statut.

Le parcours de Fred Forest est pour le moins atypique puisqu'il est d'abord contrôleur des Postes et télécommunications (de 1954 à 1971).

D'abord peintre, puis dessinateur satirique pour les journaux Combat et Les Échos, dès le milieu des années 1960, Fred Forest oriente sa pratique artistique vers le champ des nouveaux médias et des technologies de la communication. Pionnier de l'art vidéo en France, il conçoit dès 1968 des environnements participatifs et interactifs en utilisant des dispositifs associant informatique et vidéo. Tour à tour, il intègre à ses œuvres et actions la presse écrite, la radio, le fax, le minitel, le téléphone, l'ordinateur, les écritures électroniques, la robotique, les réseaux télématiques, et aujourd'hui Internet.

En 1973 il réalise plusieurs actions spectaculaires dans le cadre de la Biennale de Sao-Paulo qui lui valent le Prix de la communication et son arrestation par le régime militaire.

En octobre 1974, il fonde avec Jean-Paul Thénot et Hervé Fischer le Collectif d' Art sociologique (1974-1980), mouvement faisant l'objet d'un manifeste publié dans le journal Le Monde (1974-1975). L' Art sociologique se veut être une pratique qui emploie certaines méthodes de la sociologie (enquêtes, documentaires, etc.) afin de questionner de façon critique les rapports complexes entre arts et sociétés. Il s'agissait pour ce collectif de détourner les modes de communication et de diffusion de l'information selon une méthode de la perturbation : renvoyer au spectateur une image de son conditionnement, le faire participer, l'inciter à se rapproprier les médias et à porter sur eux un regard critique et contestataire.

En 1983, à Salerne (Italie) il crée en collaboration avec Mario Costa le Groupe International de Recherche de l'Esthétique de la Communication. Fred Forest publie le Manifeste de l'Esthétique de la Communication et réalise un travail de thèse sur l'Art sociologique et l'Esthétique de la communication, dont la soutenance, en 1985, se voit transformée en performance vidéo.
L'objectif des performances / actions de Fred Forest sont de montrer en quoi les nouvelles technologies de communication et transmission d'information modifient notre rapport au réel, à la réalité, au temps et à l'espace, faisant appel à des notions telles que : l'ubiquité, l'immédiateté, le temps réel, les réseaux, l'action à distance.

Pionnier du Vdéo Art (1967) et du Net Art (1996), en récupérant à son compte deux ans plus tard, ce mouvement fondé par de plus jeunes artistes comme Vuk Cosik, Jodi, Olia Liliana, Valéry Grancher. Il est le fondateur du webnetmuseum.org .Prix de la communication de la Biennale de São Paulo (1973), il a représenté la France à la Biennale de Venise et à la Documenta de Kassel (1987). Il s’est vu décerner le " Laser d’or " au Festival des Arts Electroniques de Locarno, puis le Grand prix de la ville de Locarno pour une œuvre multimédia diffusée par RTSI, la Télévision Nationale Suisse Italienne. En octobre 1996, il met en vente, en première mondiale, une œuvre numérique Parcelle/Réseau à l’Hôtel Drouot. En septembre 1998, il crée une installation spectaculaire, le Centre du Monde, qui fonctionne en relation avec Internet, à l’Espace Pierre Cardin de Paris. En mars 1999, il se marie sur Internet avec l'artiste, Sophie Lavaud [1], et à cette occasion ils créent et mettent en œuvre un programme de réalité virtuelle fonctionnant avec une série de capteurs. En octobre 2000, il réalise à Paris la vente aux enchères sous forme d’un site Internet une série de monochromes numériques.
En décembre 2005, il réalise avec le Bass Museum de Miami dans le cadre d'Art Basel Miami Beach le premier happening planétaire sur Internet. De mai à juillet 2006 le Paço das Artes de Sao Paulo consacre une rétrospective à son œuvre. Du 7 octobre au 15 décembre 2006, il organise la Biennale de l'An 3000 une biennale alternative et critique de la 27° Biennale officielle de Sao Paulo, implantée dans le MAC (Musée d'Art Contemporain de Sao Paulo). Une Biennale numerique, planétaire, participative et démocratique, qui a pour support l'espace virtuel d'Internet et des milliers d'internautes comme participants.Du 3 février au 17 mars 2007 la Slought Foundation de Philadelphie lui consacre une exposition rétrospective et la New York University, la Penn University et l'Université du Coonecticut, l'invitent à donner une série de conférences sur son nouveau concept d'" Œuvre-système invisible ". La pratique artistique de détournement que Fred Forest mène depuis toujours constitue une réflexion critique sur l’art, la communication, leurs codes, leurs fondements idéologiques, symboliques et esthétiques.

La mise en question des institutions

Fred Forest est également connu pour sa lutte contre les dysfonctionnements du systèmes institutionnel et du système marchand de l'art contemporain, notamment par les poursuites judiciaires pour manque de transparence quant aux acquisitions contre le Centre Georges Pompidou à Paris, poursuites entreprises dans les années 1990.
Professeur émérite en Sciences de l'information et de la communication à l'Université de Nice - Sophia Antipolis, Fred Forest a assuré au milieu des années 1990 une série de séminaires à propos des liens entre arts et technologies.

Bibliographie

  • Forest, Fred : Pour un art actuel. L’art à l’heure d’Internet, éd. l’Harmattan, Paris, 1998
  • Forest, Fred : Fonctionnements et dysfonctionnements de l’art contemporain : un procès pour l’exemple, éd. l’Harmattan, 2000
  • Forest, Fred : Repenser l'art et son enseignement à l'Harmattan
  • Forest, Fred : De l'art vidéo au Net Art, éd. l'Harmattan, 2004 (ouvrage qui retrace les principales œuvres et actions de Fred Forest de 1967 à 2003)
  • Forest, Fred : l'Œuvre-système invisible, éd. l'Harmattan, 2006

Expositions récentes

2007

  • Slought Foundation, Philadelphie, USA
  • Rétrospective Vidéo Fred Forest, et Colloque, avec Mario Costa, Louis José Lestocart, Annick Bureaud, José Jimenez, Institut Cervantes Paris
  • Exposition personnelle Institut Cervantes Paris
  • Exposition personnelle, Sarajevo, Galerie 10 M2

Liens externes

'en:Fred Forest


From Art contemporain, a Wikia wiki.

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique