Delphine Kreuter

Un article de Nezumi.

Delphine Kreuter photographe, écrivain, réalisatrice française, née en 1973.

Née en 1973 à Lyon, Delphine Kreuter a suivi des études de Lettres modernes. Elle pratique la photographie. En 1997 elle expose pour la première fois à Berlin et à Paris dans la prestigieuse galerie Alain Gutharc. La même année, elle remporte le prix Paris Photo.

Depuis, Delphine Kreuter a exposé dans de nombreux lieux, en France et à l’étranger, elle a également collaboré à plusieurs reprises avec Christian Lacroix et publié plusieurs monographies.

Artiste transversale, elle explore aussi d’autres domaines comme le dessin et l'illustration.Elle a déjà réalisé un court métrage de fiction ainsi que plusieurs petites fictions en vidéo.

Pour sa carrière de cinéaste voir Delphine_Kreuter sur le Wiki Cinéma d'Ann

Son œuvre

Bien avant de faire des photos, Delphine Kreuter a commencé par écrire des poèmes et des pièces de théâtre, et ce sont souvent des histoires qu’elle raconte, ou plutôt comme elle le dit elle même , des situations qui se développent. Ses images, saturées de couleur, fragmentées, décadrées; au plus près du sujet nous emmènent dans les failles qui font la vie, dans une humanité qui n’est réelle que dans le décalage et l’imperfection. Cette notion de faille intervient dans la plupart de ses interviews et continue d’être un leitmotiv de son travail. Regardeuse et non voyeuse, Delphine Kreuter pousse le réel au maximum jusqu'à ce qu’il devienne l’imaginaire.

Dans son travail, la représentation du corps est omniprésente. Fragmentés à l’extrême par la découpe chirurgicale du cadre et les très gros plans, les corps sont comme dévorés de l’intérieur par les lumières vives et les couleurs saturées. Une intense brûlure semble les traverser même si, de temps à autre, une douceur inattendue émane des quelques couleurs acidulées ou des traits apaisés des rares visages entraperçus.

Jouant avec l’épuisement du regard et, dans un sens, du médium photographique lui-même, Delphine Kreuter suggère une mise à plat radicale de toutes choses. Une main masculine se saisissant l’entrecuisse, un crucifix en forme de couteau suisse, l’arrière d’une voiture, un pot de yaourt, des ongles violets posés sur une couverture jaune, un torse féminin sanglé de cuir noir : l’absence de regards, les têtes systématiquement fragmentées et l’extrême morcellement des corps, finissent en effet par provoquer une étrangeté, mêlée d’inquiétude.

En 2005, elle entreprend une série Ces messieurs en situation irrégulière, sur des amateurs de sado-masochisme rencontré sur internet. (voir plus bas Le Chien 1995). Delphine Kreuter explique que son travail est avant tout une recherche perpétuelle: « J’arrivais avec mon appareil photo et mon permis de délirer, permis d’exister autrement, "chez les gens", chez ces messieurs, rencontrés sur Internet, qui voulaient qu'on les regarde, en secret. Le but était de faire apparaître. Une identité, des gestes, une forme, de la liberté, entre autres.»

Ouvrir des portes dissimulées, telle est l'ambition de l'artiste. Ces messieurs fantasmés, donnés, transformés ; qui se retrouvent, hors norme et hors genre. Protégés, dans un espace-temps posé comme doublure du réel. Avec cette image, comme prison et comme solution de liberté, l’image devient une preuve de l’ampleur de l’être. Elle se fait révélatrice des identités multiples, transgressées, agrandies.

Galerie

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique