Centre Georges-Pompidou

Un article de Nezumi.

Le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, plus communément appelé Centre Georges-Pompidou, Centre Pompidou ou Centre Beaubourg, est un établissement poly-culturel situé dans le quartier Beaubourg, dans le 4e arrondissement de Paris, entre le quartier des Halles et le Marais.

Le Centre, qui accueille le public depuis 1977, est né de la volonté du Président de la République Georges Pompidou de créer au cœur de Paris une institution culturelle originale entièrement vouée à la création moderne et contemporaine où les arts plastiques voisineraient avec les livres, le design, la musique, le cinéma.

En 2006, le Centre Pompidou accueillait 6,6 millions de visiteurs par an, ce qui en fait la troisième institution la plus visitée en France après le musée du Louvre et la tour Eiffel. Il conserve l'une des deux plus importantes collections d'art moderne et contemporain au monde avec celle du Museum of Modern Art de New York, abrite d'importantes galeries d'expositions temporaires, des salles de spectacles et de cinéma, et la première bibliothèque de lecture publique en Europe.

Depuis 2010, la ville de Metz accueille une antenne décentralisée du Centre, le Centre Pompidou-Metz

Histoire

Dans l'esprit du président Georges Pompidou, l'implantation au centre de Paris d'un équipement culturel d'un type nouveau, voué à toutes les formes de la création contemporaine, se situait au carrefour de préoccupations :

  • la volonté d'enrayer le déclin de Paris sur la scène artistique et de lui conserver son statut de place majeure de l'art contemporain au niveau mondial, de plus en plus contesté par New York ;
  • symétriquement, la volonté d'ouvrir la création française sur le monde et de favoriser, par l'interdisciplinarité, l'expression de nouvelles formes artistiques ;
  • la conviction que l'art le plus contemporain peut renouer avec le public le plus large à la condition que la puissance publique joue pleinement son rôle de médiation ;
  • le désir de créer à Paris un grand monument représentatif de l'architecture de la seconde moitié du XXe siècle, dont les réalisations dans la capitale avaient, jusqu'alors, été peu importantes ou peu notables.

La décision initiale de Georges Pompidou

En 1969, Georges Pompidou, devenu Président de la République, décida de construire un nouveau musée d'Art moderne et choisit le plateau Beaubourg comme le seul emplacement disponible. Mais, ce terrain étant également le seul susceptible d'accueillir la grande bibliothèque publique, il fut décidé, en février 1970, de réunir les deux projets au sein d'un même équipement culturel. Dans la conception du président Pompidou, la bibliothèque devait attirer des visiteurs qui pourraient ensuite découvrir les autres activités proposées. « Je voudrais passionnément, expliqua-t-il, que Paris possède un centre culturel comme on a cherché à en créer aux États-Unis avec un succès jusqu’ici inégal, qui soit à la fois un musée et un centre de création, où les arts plastiques voisineraient avec la musique, le cinéma, les livres, la recherche audiovisuelle, etc. Le musée ne peut être que d’art moderne, puisque nous avons le Louvre. La création, évidemment, serait moderne et évoluerait sans cesse. La bibliothèque attirerait des milliers de lecteurs qui du même coup seraient mis en contact avec les arts. »

À l'origine, le Centre devait comprendre un musée d'Art moderne, une bibliothèque publique et le Centre de création industrielle (CCI) créé par François Mathey, conservateur en chef du musée des Arts décoratifs. Mais, en 1971, sous l'impulsion directe de Georges Pompidou, il fut décidé d'y inclure également un centre de création musicale confié à Pierre Boulez, qui acceptait de rentrer en France, où il avait cessé toutes ses activités depuis 1966, et qui devait devenir l'IRCAM (Institut de recherche et coordination acoustique/musique).

D'emblée, le projet fut extrêmement mal accueilli par l'administration. Il réunissait en effet un équipement relevant du ministère des Affaires culturelles (le musée), un autre relevant à l'époque du ministère de l'Éducation nationale (la bibliothèque), et un troisième (l'IRCAM), qui s'affirmait comme indépendant, voire rival, de la direction de la musique, de l'art lyrique et de la danse dont le directeur nommé par André Max, le compositeur Marcel Landowski, était en guerre ouverte avec Pierre Boulez. Dans l'esprit de ses concepteurs, le Centre se voulait une réponse à un certain nombre de faillites de la politique culturelle française : l'incapacité à créer un musée d'art moderne digne de ce nom, le retard de la lecture publique par rapport notamment à l'Europe du Nord, le dédain dans lequel les autorités avaient tenu la musique contemporaine. Au lendemain de mai 1968, la fondation du Centre Pompidou apparaissait ainsi comme un nouveau défi lancé à l'académisme des institutions culturelles d'État.

Le 20 mars 1973, le Conseil des ministres arrêta le programme de la construction et les moyens financiers nécessaires, programmés sur plusieurs années et alloués sous forme de dotations exceptionnelles hors des crédits ordinaires du ministère des Affaires culturelles.

Le statut définitif de la nouvelle institution fut fixé par la loi du 3 janvier 1975 portant création du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou.

De l'inauguration à nos jours

Le 31 janvier 1977, le Centre national d'art et de culture Georges Pompidou est inauguré par Valéry Giscard d'Estaing.

L'architecture du Centre suscite une vive polémique : canalisations, escaliers électriques, passerelles métalliques, tout ce qui est traditionnellement dissimulé est ici volontairement montré à la vue de tous. On raille un « hangar de l'art », une « usine à gaz », une « raffinerie de pétrole », un « fourre-tout culturel » ou une « verrue d'avant-garde ». On stigmatise un équipement dispendieux qui absorbe, l'année de son inauguration, le septième du budget de l'État pour la culture.

Mais cette architecture controversée fonctionne et réalise le projet de Renzo Piano qui déclara « avoir voulu démolir l'image d'un bâtiment culturel qui fait peur. C'est le rêve d'un rapport extraordinairement libre entre l'art et les gens, où l'on respire la ville en même temps ». Le Centre, prévu pour cinq mille visiteurs quotidiens, en accueillera finalement cinq fois plus. La plupart des visiteurs viennent pour voir les grandes expositions sur l’art, mais la Bibliothèque publique d’information et sa médiathèque bat aussi des records d’affluence.

En 1992, le CCI fusionne avec le MNAM. Les directeurs successifs du musée renouvellent profondément l'accrochage et font procéder à d'importants travaux.

Fin 1997, après avoir célébré son vingtième anniversaire, le Centre ferme ses portes pour être rénové en profondeur. Le chantier dure vingt-sept mois. Conduit par Renzo Piano, il permet d'accroître la superficie totale de 8 000 m² et de reconfigurer les surfaces et les volumes. Pendant la fermeture, le Centre se décentralise en organisant en province 34 expositions « hors les murs » qui rencontrent un vif succès, attirant plus de 2 500 000 visiteurs.

Dès sa réouverture, le 1er janvier 2000, le succès est encore au rendez-vous avec quatre-vingt mille visiteurs lors du premier week-end. Les visiteurs découvrent de nouveaux services, une nouvelle organisation des salles, des pièces plus vastes.

Ces changements permettent notamment d’exposer davantage d’œuvres et de proposer plus de spectacles de danse, de théâtre et de musique. L’espace consacré aux jeunes est aussi développé avec la nouvelle galerie des enfants où sont présentées deux expositions chaque année.

Depuis décembre 2003, l'Espace 315, situé au premier niveau, côté sud (juste avant la galerie sud), accueille, sur 315 m², des artistes contemporains. C'est notamment ici qu'expose chaque année le lauréat du Prix Marcel Duchamp.

Le Centre est ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 11 h à 22 heures.

Architecture

Le Centre Pompidou occupe l’emplacement de l’ancien îlot insalubre nº 1. Sa construction a fait l’objet d’un concours international d’architecture, conformément à la volonté de Georges Pompidou qui avait souhaité « que ce concours soit le plus souple possible. Ceci veut dire que les conditions du concours ne devront comporter qu'un minimum de servitudes se rapportant à l'utilisation envisagée des lieux, et qu'il appartiendra aux architectes en fonction de ces servitudes d'établir leurs projets sans avoir à se préoccuper des règlements tels que ceux concernant la limitation de hauteur

Le 19 juillet 1971, un jury présidé par Robert Bordaz choisissait le projet des architectes Renzo Piano et Richard Rogers, assistés par le programmiste Gianfranco Franchini. La construction a duré de 1971 à 1977.

Le projet de Piano et Rogers était le seul, parmi tous les projets proposés, à implanter le bâtiment selon un axe nord-sud, respectant la trame urbaine du quartier (avec les axes du boulevard Sébastopol et des rues Saint-Martin et du Renard). Ce parti permettait en outre de n'occuper que la moitié du terrain en dégageant une vaste esplanade, la piazza, permettant l'accueil du public et une liaison plus fluide entre le bâtiment et la ville.

Le bâtiment se compose de 8 niveaux de 7 500 m² chacun, dont deux niveaux de sous-sols. Chaque niveau forme un vaste plateau, entièrement modulable, l'ensemble de la structure porteuse, ainsi que les différentes gaines techniques, étant rejetés à la périphérie du bâtiment, lui conférant un aspect extérieur très caractéristique, comparé par certains critiques à une raffinerie de pétrole dans le centre de la ville. Toutes les circulations verticales, personnes et fluides sont rejetées sur la façade : les tuyaux extérieurs colorés constituent une particularité du bâtiment. Les conduites d'air conditionné sont bleues, les tuyaux d'eau sont verts et les lignes électriques sont jaunes. Les ascenseurs sont rouges. Les canalisations blanches sont des gaines de ventilation pour les parties souterraines. Même les poutres métalliques qui composent la structure sont apparentes.

Les étages supérieurs offrent une large vue sur Paris. On y accède par la diagonale des escaliers roulants extérieurs qui, en traversant toute la façade en zig-zag, donnent à l'édifice sa signature visuelle.

Un bassin proche expose des fontaines constituées par des statues en mouvement de Tinguely (structures métalliques) et Niki de Saint-Phalle (formes colorées). Cette fontaine, la Fontaine Stravinski, est une œuvre dite in situ, dans la mesure où les artistes l'ont créée pour cet endroit précis. Elle symbolise la musique (bruits de l'écoulement de l'eau ou des mécanismes) et a été placée à côté de l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM).

Statut et organisation

Le Centre Georges Pompidou présente la particularité d'être un établissement public auquel sont associés plusieurs organismes dotés de la personnalité morale :

  • la Bibliothèque publique d'information (BPI), qui est un établissement public national ;
  • l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM), constitué sous la forme d'association de la loi de 1901.

Le musée national d'Art moderne / Centre de création industrielle fait partie du Centre Georges Pompidou, dont il constitue un département, mais il n'est pas doté de la personnalité morale.

Le Centre est dirigé par un président, nommé pour cinq ans en Conseil des ministres, et renouvelable par périodes de trois ans. Il est assisté, pour l'administration et la gestion, par un directeur général nommé, sur sa proposition, par le ministre de la Culture.

Présidents du Centre Georges-Pompidou

  • depuis 2007 : Alain Seban
  • 2002 - 2007 : Bruno Racine
  • 1996 - 2002 : Jean-Jacques Aillagon
  • 1993 - 1996 : François Barré
  • 1991 - 1993 : Dominique Bozo
  • 1989 - 1991 : Hélène Ahrweiler
  • 1983 - 1989 : Jean Maheu
  • 1980 - 1983 : Jean-Claude Groshens
  • 1977 - 1980 : Jean Millier
  • 1976 - 1977 : Robert Bordaz

Activités culturelles

Équipements

À l'issue des travaux conduits depuis 2000, le bâtiment principal du Centre abrite les espaces et activités suivants :

  • le Musée national d'art moderne : la présentation permanente des collections d'art moderne dispose de 15 000 m² et présente en permanence 1 330 œuvres sur les 59 000 de 5 000 artistes différents que comporte la collection du Centre (en 2006);
  • des galeries d’expositions temporaires (design, photographie, etc.) occupent au total 5 200 m² ;
  • la Bibliothèque publique d'information|Bibliothèque publique d’information (BPI), avec médiathèque de langues, cinéma, occupe 10 000 m² et offre 2 200 places assises ;
  • une bibliothèque spécialisée consacrée à l'art du XXe siècle, la bibliothèque Kandinsky, peut également accueillir jusqu'à 76 lecteurs sur une surface de 390 m² ;
  • au sein du musée, un espace de consultation documentaire multimédia sur les collections ;
  • deux salles de cinéma de 316 et 150 places ;
  • une salle de spectacles de 396 places ;
  • une salle de débats de 160 places ;
  • un espace spécifique pour le jeune public avec galerie d'expositions temporaires et ateliers de pratique artistique.

Le Centre propose également une librairie spécialisée (art, architecture, objets d’art, affiches, photo, etc.) et un restaurant concédé, situé au dernier niveau (Georges).

En dehors du bâtiment principal on trouve :

  • sur la piazza, l'Atelier Brancusi ;
  • un bâtiment spécifique qui abrite l'IRCAM, avec notamment une salle à jauge et accoustique variable, des studios et une médiathèque ;
  • les bureaux ainsi que certaines activités sont répartis dans quatre bâtiments à proximité immédiate (un acquis en 2004 et trois en location).

Principales expositions temporaires

Site officiel

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique