Biennale de Lyon 2017

Un article de Nezumi.

Version du 6 décembre 2017 à 21:43 par Nezumi (Discuter | Contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

La Biennale de Lyon 2017 est la 14e édition de la Biennale d'art contemporain de Lyon.

Le thème retenu par la commissaire invitée est Mondes flottants.

  • Commissaire invitée : Emma Lavigne
  • Directeur artistique : Thierry Raspail
  • Dates : du 20 septembre 2017 au 7 janvier 2018.

Le propos

Dans le contexte d’une mondialisation galopante générant une constante mobilité et l’accélération des flux, dans ce caractère flottant du monde (en référence à l'Ukiyo-E) et des identités, la Biennale explore l’héritage et la portée du concept de “ moderne ” dans la création actuelle, selon la définition qu’en fit le poète Baudelaire, qui envisage le moderne comme “ le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art dont l’autre moitié est l’éternel et l’immobile ”.

La Biennale se déploie comme un paysage mobile et atmosphérique en expansion, qui se recompose sans cesse, à l’image de certains chefs-d’œuvre de la modernité provenant, dans le cadre des quarante ans de l’institution, du Centre Pompidou, tels que la partition aléatoire de formes suspendues dans l’espace de Calder, ou les peintures de Fontana ouvrant sur des cosmogonies infinies. Le “ White Cube ” se fissure, se mue en organisme, en une constellation, où de Jean Arp à Ernesto Neto, de Lygia Pape à Daniel Steegman Mangrané, l’art et l’espace se biomorphent, s’ouvrent sur des projets qui remettent en cause l’abstraction de la modernité européenne afin d’en réévaluer la portée, à l’échelle du monde. A l’image de la voile blanche “ White Wide Flow ” de Hans Haacke ou les cerfs-volants de “ Let’s Make Cows Fly ” de Shimabuku, les “ Mondes flottants ” de la Biennale de Lyon sont traversés par le vent des soulèvements libertaires, des fulgurances poétiques et déflagrations esthétiques contemporaines.

Déclarations d' Emma Lavigne
J’ai souhaité arrimer la Biennale au cœur de la ville dont l’identité s’est en partie façonnée par l’omniprésence de l’eau, dans cette ville « née des eaux », traversée par le Rhône et la Saône, en réactivant l’imaginaire dont ce fleuve et son affluent, par leur présence à la fois familière et mystérieuse, sont porteurs. Laisser ouverte des correspondances entre l’histoire de la ville comme ses soieries et certaines œuvres qui de Hans Haacke à Damián Ortega explorent le tissu, comme une matière en lévitation.
Après avoir arpenté la ville, traversé ses ponts, longé ses quais, parfois en compagnie des artistes, la ville s’est transformée en un territoire imaginaire. Le Musée d’art contemporain et la Sucrière, vaisseau fantôme au bord de la Saône, devenant les deux ports inspirants de ce voyage à travers la création contemporaine ponctué d’autres haltes qui modifient notre perception. La Biennale invite à des promenades privilégiées avec les artistes, qui guident les visiteurs jusqu’à des territoires méconnus ou transfigurés, des cinémas d’un instant en plein air, des jardins plantés de roses de Damas, des îles secrètes.
Les œuvres qui composent ces Mondes flottants sont sous tendues par la conscience que l’imaginaire, la poésie et l’art sont à la fois les révélateurs et des antidotes à l’instabilité du temps présent.
J’aimerais que les visiteurs de la Biennale parcourent la Biennale comme les promeneurs d’un paysage expérimental et sensoriel, élargissant leur perception, leur conception du monde. La Biennale se déploie comme un voyage au sein d’un archipel d’îlots qui sont tour à tour des scènes ou des haltes propices au ralentissement, générant tour à tour émerveillement, prise de conscience, contemplation ou réflexion.

Les artistes

Rendez-Vous

Rendez-vous est délibérément consacrée à la découverte de la jeune création française et internationale. Au cœur de la 14e Biennale de Lyon, Rendez-vous est un véritable sas d’anticipation qui a exposé, parmi d’autres et bien avant leur entrée sur la scène internationale, le Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul (Palme d’or à Cannes en 2010), le Britannique Ryan Gander, la Suédoise Nathalie Djurberg (Lion d’argent à la Biennale de Venise en 2009), ou encore les Français Guillaume Leblon et Julien Prévieux (Prix Marcel Duchamp en 2014), respectivement invités à la Biennale de Lyon en 2011 et 2015.

Créée en 2002 par le Musée d’art contemporain de Lyon, Rendez-vous, plateforme internationale dédiée à la jeune création et soutenue par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, associe de façon inédite en France, quatre institutions : la Biennale de Lyon, l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes et le Musée d’art contemporain de Lyon, qui en constituent la direction artistique.

Rendez-vous est exposée à l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes, et l’année suivante hors d’Europe.

Les artistes de rendez-Vous

Veduta

Depuis 2007, Veduta crée, sur des territoires urbains ainsi connectés, des situations qui sont autant de zones de contacts et de convergences entre des expérimentateurs volontaires et curieux, des artistes, des oeuvres et des villes. Partout, tous se rencontrent, débattent, discutent, créent et font l’expérience des questions intemporelles que pose l’art.

Au sein de la Biennale de Lyon, Veduta invite donc à regarder ailleurs, mais aussi à s’interroger sur ce que l’on voit, comment on le voit, comment on le (re)présente et enfin ce que tout cela produit. Cette fenêtre s’ouvre sur divers territoires de la Métropole de Lyon et leurs habitants qui acceptent de s’inspirer des oeuvres et des artistes afin d’expérimenter, développer, transformer, ingérer, digérer et déployer le potentiel de l’art, ce vecteur de poésie, de questionnement et d’action.
Chacun est invité à explorer tour à tour différentes étapes de la création visuelle (de sa conception à sa diffusion en passant par sa transmission) et à construire pour soi-même et ensemble les conditions d’un acte, d’une idée, d’une pensée, d’une création, d’une exposition et d’une attitude face à l’art afin de participer aussi à « la création permanente ».

En 2017, Veduta est accueilli par dix communes de la Métropole ainsi que par le Grand Parc Miribel Jonage. La plateforme s’associe également avec trois partenaires artistiques qui acceptent de « prendre l’aire ».

Résonance

150 lieux dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Ce réseau, à la fois dynamique et démultiplié, est désormais pleinement intégré à la Biennale et en constitue l’une de ses plateformes.

Créé en 2009 au sein de Résonance, Focus a pour but de faire émerger des projets spécifiques en étroite collaboration avec différentes institutions, particulièrement celles qui se consacrent à la jeune scène artistique.

Quelques expositions:

Expositions associées

  • Fondation Bullukian ; Lee Mingwei, "Sept Histoires"
  • Couvent de La Tourette ; Lee U-Fan chez Le Corbusier "Au delà des souvenirs"

Galerie

Galerie de photos

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique