Avec et sans peinture

Un article de Nezumi.

Avec et sans peinture est sixième exposition des œuvres de la collection permanente du Musée d'art contemporain du Val-de-Marne

« Avec et sans peinture » met en lumière la diversité de la peinture contemporaine en réunissant des œuvres par thématiques, comme autant de débuts d’histoires qu’on aime à suivre dans leurs narrations ou à deviner au hasard d’une image. L'accrochage est réparti en sept chapitres :

  • La couleur comme sujet
  • Le support est peinture
  • Le trait, le pli, actes de peintres
  • Le feu, destruction et création
  • Des récits et des fictions : une peinture narrative
  • La surface comme sujet , avec un hommage particulier à Supports/Surfaces
  • La chimie des matériaux ou le hasard à l’œuvre

Au total, ce sont quelque cent trente œuvres d’une soixantaine d’artistes de générations et de pratiques différentes qui jalonnent l’exposition, et qui, tout au long de l’année, se questionnent, se répondent, s’accentuent ou se contredisent.

Déclaration d'Alexia Fabre, Conservateur en chef du Musée

Dans cette nouvelle exposition des œuvres de la collection, sixième accrochage depuis l’ouverture du musée en 2005, il est aujourd’hui question de peinture, de sa présence, de son absence, comment faire avec et sans elle. Ses multiples possibles, son sens, sa remise en cause, son abolition, les solutions pour son remplacement, il est, il sera toujours question d’elle.

À nouveau enseignée, émancipée de son histoire, en accord aujourd’hui avec les nouvelles et autres pratiques, enrichie de celles-ci, la peinture demeure et (re)devient une expression artistique, un regard sur le monde, un langage résolument moderne. Comme pour l’ensemble des cinq précédents accrochages, le parcours mêle ces différentes générations d’artistes qui chacune à sa façon explore, questionne, attaque, ressuscite, renouvelle le genre, avec et sans peinture. Pour toujours mieux l’envisager.

Le parcours commence avec les questions de vocabulaire de formes et de couleurs, sujets qui cristallisent l’histoire de la peinture moderne. Suit la mise en question de la matérialité de la peinture, de sa surface comme de ses moyens, pour ensuite envisager le feu comme élément tant de destruction que de création. La surface même de la peinture, comme ses supports sont questionnés tout au long du parcours : la peinture support de couleur mais aussi de fiction et d’imaginaire.
Il est aussi question de récits et de narration, de rêve et de réalité, celle que l’on ne souhaite pas voir, celle au-delà de l’écran du réel.
Le mystère de la chimie des matériaux permet de terminer le parcours sur une note de magie, l’alchimie présidant, avec l’aide éventuelle du hasard, à la genèse de l’œuvre et son devenir. Les œuvres dressent cette cartographie des possibles et la rencontre de la matière et des éléments.

Cet accrochage crée des liens également entre les formes artistiques, ne s’arrêtant pas à la deuxième dimension mais intégrant l’installation, la sculpture, la vidéo et la photographie, révélant ainsi la porosité et les dialogues fructueux qui se nouent, grâce à des artistes pour lesquels la question du genre n’est plus signifiante.
Il est surtout et avant tout question du monde d’aujourd’hui, auquel la peinture tend un miroir qui l’interroge, dans le reflet déformé qu’elle constitue par essence.

Principaux artistes exposés

Galerie

buren2959.JPG
Daniel Buren La Cabane éclatée polychrone aux miroirs, 2000
dezeuze2962.JPG
Daniel Dezeuze Échelle, 1974
perramant9966.JPG
Bruno Perramant La couverture rouge (Léviathan) , 2011
stempli1950.JPG
Peter Stämpfli
panchoun1986.jpg
Présence Panchounette
L’odeur est une forme qui ne se voit pas, 1986.
rousse2963.JPG
Georges Rousse Vitry, 2007

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique