Anita Molinero

Un article de Nezumi.

Anita Molinero , plasticienne contemporaine française, née en 1953 à Floirac.

Elle vit et travaille à Marseille et Paris

Anita Molinero est apparue au début des années 1980 sur la scène artistiqueet n a cesse de se faire. Peu ou pas présente à Paris, son œuvre est faite de refus, d histoire, de culture, de langage, de rebuts. Elle utilise comme matière première de son œuvre les produits ou résidus du monde industriel, qu’elle fait fondre, compresse et remodèle, jusqu’à en faire émerger des sculptures informes. Le paysage urbain et son mobilier constituent l’un de ses terrains d’intervention plastique privilégiés et l’univers de la science-fiction, une importante source d’inspiration. Les sculptures d’Anita Molinero, à la fois sensationnelles et monstrueuses, invitent à une réflexion sur le statut et l’avenir de l’objet ready-made dans l’ère post-atomique.

Anita Molinero n' est en aucun cas tentée par une transfiguration rédemptrice qui, sublimant ces rebuts dans leurs formes, les sacraliserait, grâce a un nouveau statut, celui d œuvre d art. Au contraire, elle les utilise pour la brutalité même que ces matériaux véhiculent. Sa démarche se caractérise par la distance sans cesse affirmée avec les conventions d une sculpture visant une transformation aux fins de séduire une esthétique bourgeoise. Il s agit d une œuvre faite de violences, celles faites aux matériaux : torsions, distorsions, agressions, et celles qu expriment les sculptures ainsi nées. La couleur de tous les éléments choisis et combinés par Anita Molinero rayonne comme si celle ci, malgré tout, exprimait un optimisme triomphant.

L’oeuvre d’Anita Molinero se présente sous la forme d’un assemblage de vingt-deux « poubelles » en plastique fondues et colorées, qu’elle nous invite à découvrir accrochées au plafond, comme de monstrueuses carcasses. Les containers qu’on a l’habitude de voir cachés dans les locaux souterrains de nos immeubles, ou entassés sur les trottoirs de la ville, font partie des matériaux de prédilection de cette « expressionniste contrariée ».

Anita Molinero aime s’approprier du mobilier urbain, car elle sait que ces formes intégrées dans l’espace public, facilement identifiables, sont des signes forts qu’elle peut détourner pour transmettre son message sensible. Ses « sculptures d’abandon », informes et criardes, sont ainsi souvent issues de ces objets industriels aux formes épurées et fonctionnelles qu’elle extrait de leur contexte pour leur infliger des «outrages » divers et variés.

Expositions personnelles

  • 1980 : Galerie Med a Mothi, Montpellier
  • 1985 : Musée Sainte-Croix, Poitiers
  • 1988 : Ecole Municipale d'Arts Plastiques, Châtellerault
  • 1993 : Chapelle des Lazaristes, Centre de Création Contemporaine, Tours
  • 1994 : Ecole Nationale des Beaux-arts, Dijon
  • 1995 : Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts, Paris
  • 2000 : Galerie du Triangle, Bordeaux
  • 2001 : Le Spot, Centre d'Art Contemporain, Le Havre
  • 2002 : FRAC Limousin, Limoges
  • 2003 : Le Grand Café, St Nazaire ; Le Parvis, Centre d'Art Contemporain, Tarbes
  • 2004 : Fiac, Galerie Dediby, Paris
  • 2005 : Les Ateliers d'artistes de la Ville de Marseille
  • 2006 : "Extrusoït", Cycle Mille et trois plateaux, MAMCO, Genève, Suisse; "L'ormeau blessé", Musée Zadkine, les Arques
  • 2007 : "Cocoerrance", la BF15, Lyon; "Pépertinence", La Suite, Château-Thierry; "Chuuut, écouuute, la croûûûte", Le Carré, Chapelle du Genêteil
  • 2009 : FRAC Basse-Normandie, Caen; Galerie Alain Gutharc, Paris


Expositions collectives

  • 1978 : 'Université du Mirail", Toulouse
  • 1981 : 'Alkema, Pontoreau, Ponchelet, Molinero", Capc, Musée d'Art Contemporain, Bordeaux
  • 1992 : 'Foire de Bolzano", Italie
  • 1994 : 'Country sculptures", le Consortium, Dijon
  • 1996 : 'Triple Axel", Le Gymnase, Roubaix ; 'L'art du plastique", Ensba, Paris
  • 1998 : "Appartement privé", Bordeaux
  • 1999 : 'Les états de la sculpture", le 19, Centre Régional d'Art Contemporain, Montbéliard
  • 2000 : "Une suite décorative : 2ème mouvement", Frac Limousin, Limoges
  • 2002 : "Love trap's", Centre d'art, Sigean
  • 2004 : “El arte como va el como viene", Circulo de Bellas Artes, Madrid, Espagne; "Les pièges de l'amour", Frac Limousin, Limoges
  • 2005 : "Knowwhat they mean?", Galerie Chez Valentin, Paris
  • 2006 : "Moderncité", Le Grand Café, Centre d'Art Contemporain, Saint Nazaire; “Madame la Baronne était assez maniérée, plutôt rococo et totalement baroque / volet 1", La Maison Populaire, Montreuil
  • 2007 : "Capricci (possibilités d'autres mondes)", Casino Luxembourg; "XS", Espace Mica, Rennes, commissaire Elisabeth Wetterwald
  • 2008 : "Anita Molinero / Cady Noland / Steven Parrino / Kelley Walker", Centre d'Art Contemporain Le Spot, le Havre : "Curiosität", commissariat : François Curlet, Galerie Micheline Szwajcer, Anvers; "La dégelée Rabelais", expositions organisées par le F
  • 2009 : "La Force de l'Art 2009", Grand Palais, Paris

Collections publiques

  • Fonds Municipal de la Ville de Paris
  • Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
  • Fonds National d'Art Contemporain
  • Frac Basse-Normandie
  • Frac Limousin
  • Frac Poitou-Charentes

Galerie

Voir aussi les fiches cinéma Ann ; le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Voyages : les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; le grand Istanbul; Afrique